Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Persone

Rêves

11 Septembre 2016, 22:13pm

Publié par Persone

Rêves
Rêves
Rêves
Rêves
Rêves

Comme je tente de vous le faire ressentir à chacun de mes textes, le tribal, le communautaire, le civilisé, le culturel, l’urbain, le collectif et aujourd’hui le global, ne sont que des systèmes auto alimentés par l’amour propre de ses éléments constituants, au détriment des réelles capacités et de la liberté de l’individu sociable et autonome ! Et aux commandes du religieux, du législatif et de l’exécutif : L’orgueil du patriarche et celui de sa femelle lentement dressée dans la souffrance.

Et c’est l’Orgueil, lorsque son amour propre ne suffit plus à justifier les horreurs et les dérives entropiques du collectif, qui prend alors le contrôle de l’esprit, encore et toujours au détriment de la conscience biologique, pour lui suggérer que l’individu n’est pas responsable du pire (bien que ses mains l’incarnent) et que le progrès sera peut-être un jour porteur du meilleur. C’est presque risible ! Comprenez-le ce que nous appelons progrès est en fait la dangereuse capacité de notre système collectif à évoluer de façon auto alimenté, se nourrissant de la chair et des rêves des hommes, qui deviennent à leur tour des dévoreurs de planète.

Ce qui nous arrive bel et bien à travers les univers, c’est une évolution, rien de plus !

Et la notion positive que vous lui administrez en la confondant avec notre progrès n’a aucun sens ! Au mieux, si nous n’étions plus victimes de notre ego et de son reflet collectif, pour jouir d’une terre verte, d’un air sain et d’une eau pure, nous pourrions dire que nous sommes dans une évolution écologique positive, donc un certain progrès humain, rien de plus. Et soyons honnêtes tous les réels progrès que nous avons fait en médecine, en pragmatisme, en droit humain, en réformes des croyances, en syncrétisme et tutti quanti ont largement été gâchés par le prosélytisme et le charlatanisme accolés à toutes ces sciences et religions sans conscience ! Si le désastre écologique et la violence à vos portes ne suffisent plus à vous extirper de votre hypocrite et morbide sommeil, arrêtez donc la lecture ici, je ne vois plus ce que je peux faire pour vous ! Je vais m’améliorer…

Mais pour aborder la question du rêve, revenons à ces horreurs précédemment mentionnées, issues des dérives entropiques du mode de vie que l’on a pour l’instant choisi :

Mettez-vous donc à la place d’un enfant, dans toutes ces étapes de notre « grande Histoire », que je mentionne dans tous mes écrits et qui ne forment en réalité qu’une infiniment brève histoire de notre temps…

Le temps d’un cauchemar, justement !

Un cauchemar d’agriculture intensive, un cauchemar de dieux multiples ou uniques, tous sacrificateurs, un cauchemar de science révolutionnaire fabriquant un néant aspirateur de vie où l’ego règne en maître, un cauchemar de patriarche dégénéré par sa propre violence et son hypocrisie.

Et à l’origine du cauchemar…

Des enfants dont les dents furent rongées par les sucres des matières céréalières, des enfants découvrant la laideur de nouvelles maladies dues à l’asphyxie et à l’étanchéité anormale du sol.

Des enfants qui ne tardèrent pas à être témoins de sacrifices humains.

Des enfants élevés parmi les esclaves et souvent par eux, dans le militarisme, la guerre et le stupre, pour la gloire des grandes cités de l’Homme.

Des enfants sauvés par Dieu, unifiés de nouveau par la guerre, certains vers l’âge d’or des grandes cités, certains vers l’obscurantisme - à chacun son temps de gloire. Et toujours ce stupre et cette violence entre les hommes et les femmes.

Des enfants nés chez les grands vainqueurs de cette courte histoire et d’autres, échoués chez les perdants. Chez les premiers, une infime partie des moutards désespèrent entre le foutre, la bonne chair et les bonnes manières et la majorité est élevée, le ventre vide, dans le hurlement des porcs que l’on égorge devant eux, par tradition. Chez les seconds, c’est la même chose, forcément en pire ! Et dans tout ce tableau, à chacun sa tradition !

Des enfants toujours élevés parmi les esclaves et souvent par eux, et toujours dans le militarisme, la guerre, le stupre et le sang.

Des enfants sauvés par la science et l’industrie ! Un esclave veut briser ses chaînes ? Fabrique-lui un fusil ! Tu vas pas lui dessiner un mouton quand-même ! Putain de merde !

Une minorité d’enfants profitant des pièges issus des flammes de l’industrie - le genre de progrès qui vous guérit des anciennes maladies en vous en provoquant d’autres bien plus malignes, et une majorité les subissant de plein fouet, sans la moindre compensation. L’industrialisation forcée du Japon, Hiroshima, des types qui dorment dans des boîtes entre le métro et le boulot ? Ça vous dit quelque-chose ? Et je suis gentil, je ne parle pas de l’Afrique !

Une globalité d’enfants, arrachés à leurs parents zombies par l’arrivisme ou la pauvreté !

Une globalité d’enfants aujourd’hui menacés par le grand retour des massacres !

Des générations d’enfants lentement sacrifiés par la folie inconsciente de leurs parents, sur le grand autel de leurs pères fondateurs !

Le temps d’un cauchemar, disais-je ?

Comment voulez-vous, depuis les atrocités et l’avilissement de ce conditionnement de masse, que nos rêves nous appartiennent encore ? Comprenons bien que depuis 7000 petites années, la folie des grandeurs des parents a contaminé progressivement les rêves de leurs enfants. Comprenons que 200 ridicules années auront suffi à étendre la maladie aux quatre coins du monde !

Alors retrouvons nos rêves ! Hein ? Les gens du New Age font ça à ce qu’ils disent !

A ce qu’ils disent ! A cela près que vous ne pourrez pas récupérer ce qui ne vous appartient plus ! Pour cela il faudra lutter contre vous-même pour mériter de nouveau ce que le collectif vous a acheté ! Et ça croyez-moi, même en le payant 100 000 dollars la séance, aucun professionnel ne pourra le faire à votre place. Et d’ailleurs, c’est bien vous-même que vous avez perdu en chemin, pas vos rêves ! Des rêves, vous en faites plein, et des cauchemars aussi. Tous tronqués ! Tous biaisés par les deux prismes de notre catharsis collective – celui de vos vaines récompenses et celui des souffrances que vous incarnez par procuration !

Mais cela vous confère un avantage – pas besoin de gourou ! Se retrouver soi-même peut se faire aussi et même largement, dans les phases d’éveil ! Et oui, en pleine conscience quoi ! Et croyez-moi ou non, mais des forces plus balaises que vous contrôlent vos rêves, ne vous y frottez pas en dormant !

Et soit dit en passant, voilà à quoi peut vous servir ce blog ! Voilà précisément pourquoi je me permets de vous dire, je ne suis pas tombé dans l’écriture, c’est elle qui m’est tombée dessus ! J’y ai laissé des plumes! Au fond les clopes, la chaise et les malaises d’insomniaque, ça me fait chier, ça me tue et ça m'a fait disparaître du GPS de toutes mes fréquentations, ce qui est inacceptable à l'heure du connecting people ! L’écriture pour moi, dans la tyrannie des mots, des livres et des images, dans l'hypocrisie totale avec laquelle nous nous pavanons TOUS et en ces temps de guerre totale, c’est un devoir d'urgence devant résoudre les paradoxes de notre anthropocène ! Ça m’a foutu dans tous les états, ça aurait pu me tuer, mais ce n’est rien de plus ! Un devoir humain, une urgence!!!!!!!!!

- Ok , c’est bien les solutions, mais la violence est là ! Me direz-vous ! - C’est comme dans le film Interstellar quand il faut penser à aller dans l’espace plutôt que de sauver la terre avec l’archaïsme écologique ! C’est comme à Munich, quand nous nous sommes inclinés devant Hitler en croyant à la paix !

En ce qui concerne Munich, il était effectivement trop tard pour faire la paix ! Mais n’oublions pas que si la bourgeoisie internationale n’avait pas joué au partage du monde en toute hypocrisie, l’Allemagne ne se serait pas levée la première fois ! N’oublions pas non plus que si la même bourgeoisie d’affaires n’avait pas endetté et humilié les germains et autres grands egos nationalistes au passage, les teutons et leurs alliés ne se seraient pas levés la seconde fois ! Et surtout, n’oublions pas que Daesh, même en 2016, ce n’est pas l’Allemagne en 1940 ! En revanche, si nous persistons sur le chemin choisi actuellement, c’est que tous les hommes de bonne volonté, ainsi que les ouvrages de la même veine que celui-ci n’auront pas suffi à rallumer la lanterne entre vos deux oreilles ! Et là l’escalade ira effectivement très vite ! La grande armée Transatlantique contre Daesh est presqu’un scénario rassurant quand on imagine ce que pourrait donner un conflit avec les Russes et une partie de L’Asie à propos de ce nœud judéo-islamo-chrétien ! Bref, pour une fois, agissons justement avant qu’il ne soit trop tard !

En ce qui concerne Interstellar, no comment, j’espère que vous n’êtes pas si bornés ! Le film n’est pas mauvais, mais risque fort d’avoir mal été interprété, nous ne somment pas encore au point de non-retour. Mais, compte tenu de l’évolution exponentielle de notre folie des grandeurs et de notre production de CO², nous allons l’atteindre en peu de temps si nous ne décidons pas, j’insiste, à faire le grand saut, en chacun de nous !

Donc, pas besoin de gourou ! Pas besoin de magie ni grigri ! Pas besoin de travailler directement dans les rêves (qui ne vous appartiennent plus) ! Trois gardiens principaux à maîtriser avec impeccabilité : L’orgueil et ses ministres, l’amour propre et l’hypocrisie ! Un quatrième gardien mentionné 4 lignes plus bas ! Quelques souffrances dues aux canines de l’égocentrisme et de cette personnalité imaginaire que vous bichonnez tant, souffrances utiles et bien méritées ! Des faits et gestes retrouvant un sens et une décence! Des résultats rapides alors que le temps presse… Que me demandez-vous de plus ?

- Oui, mais ma p’tite décision perso, enfin mon grand saut quoi, ça va pas changer un bordel humain établi depuis 3 ou 7 mille ans ! Merde !?! J’AI PEUUUUUR !

Ah, la peur ! Elle est là, certes ! En nous tous !

C’est elle, qui a remplacé nos rêves ! En les transformant en oppression nocturne toute dorée.

Le temps d’un cauchemar, dans la très très brève histoire de notre temps… disais-je !

Vous commencez à comprendre ?

Alors en route vers la guérison ! Et ce n’est pas ce livre qui vous guidera vers votre remède, mais vous, et vous seul ! Ce livre ne fait qu’éclaircir les mécanismes de la maladie et de son inverse, il suggère aussi le retour de la volonté de guérir, au nom de nos enfants !

Commenter cet article