Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Persone

Après les attentats du 13 novembre 2015: « Face à l’indifférence de mes élèves, j’ai bloqué »

8 Octobre 2016, 17:20pm

Publié par Persone

Après les attentats du 13 novembre 2015: « Face à l’indifférence de mes élèves, j’ai bloqué »
Après les attentats du 13 novembre 2015: « Face à l’indifférence de mes élèves, j’ai bloqué »
Après les attentats du 13 novembre 2015: « Face à l’indifférence de mes élèves, j’ai bloqué »

Chers lecteurs, cette page vous présente un article publié le 20/11 /2015 dans les rubriques web de l’express, suivi de mon commentaire (Vous trouverez aussi le « papier » sur le blog suivant, que je suis en train de découvrir (sans avis pour l’instant)… http://www.nouvelordremondial.cc/2015/11/21/apres-les-attentats-face-a-lindifference-de-mes-eleves-jai-bloque/ )

L’article de l’Express :

Mardi matin, en arrivant dans mon lycée de la banlieue parisienne, situé en zone d’éducation prioritaire, j’étais dans le même état d’anxiété que le jour de la rentrée. En montant les escaliers et en apercevant les premiers élèves de ma classe de Première, j’entendais mon cœur battre à tout rompre. Des dizaines de fois depuis samedi, je m’étais imaginée ce moment. Je pensais alors que mes élèves seraient aussi bouleversés que moi. Contrairement au mois de janvier, les meurtriers avaient tiré aveuglément, sans considération de profession, de religion et de convictions. J’attendais donc qu’une forme de communion se produise.

« Pourquoi être choqué? »

« Je ne me vois pas reprendre le cours où je l’ai laissé sans que l’on partage ensemble un moment de discussion après ce qu’il s’est passé vendredi soir », leur lançai-je, la voix mal assurée, en guise d’introduction. « Nous sommes tous bouleversés, traumatisés, j’aimerais vous entendre, vous devez vous poser des questions. » Les premières réactions, comme un poignard: « À quoi ça sert d’en parler? Ce qui est fait est fait », « C’est tabou non? », « Vous avez l’air ému, c’est gênant. » Quelques ricanements dispersés suivirent dans la classe. À ce moment-là, le dispositif s’inversa: je n’étais plus leur enseignante inaccessible, perchée sur son estrade, j’étais celle qui avait été touchée, dans son quartier.

Manifestement, mes élèves n’avaient pas envie de parler. Lorsqu’ils prenaient la parole, c’était pour mettre en avant ce qu’ils savaient, ce qu’ils avaient entendu dire sur l’utilisation d’armes françaises en Syrie, sur Abou Bakr al-Baghdadi, ancien prisonnier de l’armée américaine qui entre en résistance. La discussion était un prétexte pour ceux qui avaient entendu une théorie originale ou un détail un peu étonnant. Ils avaient la possibilité de prouver à leurs camarades qu’ils en savaient plus. Et enfin cette question: « Pourquoi est-ce qu’on est choqué par ce qu’il se passe en France, alors qu’il se passe des choses bien pires ailleurs? » Je n’ai pas su répondre à cette question, je séchai, je balbutiai: « Tu as raison, c’est injuste, mais là, c’est nous, c’est toi, c’est moi. » Je me sentais incapable de rebondir sur la dimension symbolique des attentats.

Commentaire :

Depuis vingt ans, les lobbies et d'une manière générale tout ce système que nous cautionnons tous directement ou par procuration, martèle le cerveau des nouvelles générations avec du sensationnalisme, de la violence, du porno... Or depuis une dizaine d'années, ces images ne les épatent même plus! Et, tandis que parents et professeurs faisaient l'autruche, la jeunesse, elle, s'est mise à comprendre à quel point tous ces vieux cons dont la bien-pensance est remplie de tabous ont toujours été les dindons de la farce d'une mécanique consumériste et esclavagiste! Pas besoin de théorie de complot bidon pour comprendre l'avenir merdique que nous avons tous préparé pour nos enfants, le tout en rêvant au frigidaire, à l’armoire à cuillère, au progrès futuriste, au concorde, aux fusées de la NASA... Quelle bande d'idiots, quel gâchis, quel patriarcal suicide il faut bien le dire!!! Dans leurs tripes et dans leurs pires cauchemars : un système qui a brisé leurs rêves, du béton et de la puanteur au quotidien, des vacances préfabriquées où la toute métropole se retrouve en maillot dans des sites surpeuplés, des plages salles et bondées, des rivières chimiques et remplies de merde humaine, des darons absents et stressés toute l'année et des profs leur apprenant le bien fondé du progrès (des catapultes romaines, jusqu'à l'organisation du travail et des loisirs dans la Grande cité des sciences, des arts et de l'industrie, en passant par le développement rapide des pays ayant eu la chance d'être colonisés!!! Un grand merci à Voltaire!)... et le tout avec une production exponentielle de sucre, de malbouffe et de paradis artificiels très lucratifs qui les plonge dans l'oubli (les parents, eux, n'étaient que dans le déni) et qui font le gagne-pain des dentistes et de la pharmaceutique!

"Je n'étais plus leur enseignante inaccessible..." Il y a bien longtemps que nous ne sommes plus inaccessibles aux yeux de nos ados! Et vu l'ampleur des dégâts commis au nom du Père ou de ces fichus Pères fondateurs, fort heureusement!!!! Il n'y a plus guère que chez les "nobles" que les enfants sont encore bercés par la liturgie de la bonne conscience, protégés par une sécurité financière et une présence parentale ou familiale continue. Dans un doux cocon, la pilule de l'hypocrisie est plus facile à avaler pour un enfant!

Malheureusement si nos progénitures s'éloignent de nous, ce n'est pas pour défendre Dame Nature, et pourtant l'appel est fort! Mais moins fort en eux que l'appel du paradis artificiel et toutes les promesses du nouvel ordre mondial (promesses pourtant inconcevables pour quelqu’un ayant connu l'avant consumérisme total).

Si nous ne voulons pas que nos mouflets nous échappent définitivement, il serait temps de recracher cette maudite pilule qui fait de nous tous des sacrificateurs inconscients!!!

Persone

Commenter cet article