Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Persone

La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique

16 Avril 2017, 19:44pm

Publié par Persone

La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique

L’histoire, telle qu’elle a été définie par le nom des vainqueurs et telle qu’elle continue à s’écrire ne témoigne plus que de la médiocrité de nos choix et de nos actes. Médiocrité ?  Un euphémisme involontaire  pour décrire la médiocratie qui s’étend sur le monde…

La médiocratie, est l’état que l’on mérite lorsqu’on a élevé la médiocrité au sommet de son art, entendons ici le fait d’être portés par les ailes de la sérendipité, vers un abattoir.  

Autant dire que celui qui maîtrise cet art primitif possède, à défaut d’autre chose, le pouvoir d’élever ensemble des prédateurs, des charognards, des domestiques et du gibier dans des laboratoires de culture intensive en plein air, ambiances variées et violence climatisée au programme. Aveuglé par tant de lumière et de force ouvrière, le roi des singes revisite la notion du feu, il découvre la puissance alors qu’il ne sait toujours pas dissiper correctement les énergies qu’il manipule ! La puissance ! Est-il un élu ? C’est ici que ce jeune et triste sire pose sa kalachnikov, sa lance et sa croix ensanglantée[1], fasciné par ce que sa cour a découvert en creusant toujours plus profond : la force forte, la puissance de l’arme et du réacteur nucléaire… L’incarnation  morbide du progrès ! Alors oui, il se prend pour un élu ! D’ailleurs il est élu, le suffrage universel est bien rodé !  Il surfe alors sur l’avalanche des choses que nous appelons l’entropie de l’univers ! Une idée lui vient alors : puisque la force est avec lui, il ne peut être que l’artisan de la mondialisation incarnée par la complexification naturelle des choses et des évènements ! C’est ici que le roi des singes se remémore, non sans remord, la croix ensanglantée qu’il avait abandonné sans scrupule ! Suis-je Dieu ? En personne ?  Voilà qui implique de lourdes responsabilités… A moins que le théorème d’incomplétude ne me déleste de ce poids : seule mon intelligence est Dieu et la prison spatio-temporelle de mon enveloppe ne fait de moi qu’un observateur incomplet dont le soft ware doit être téléchargé sur l’I.A pour que Dieu puisse continuer à réfléchir quand les conditions sur terre ne permettront plus la vie fondée sur l’atome de carbone. Pour les amateurs de SF, le scénario ne se finit pas trop mal ! Le Dark futur est déjà une tendance esthétique et comportementale En Marche et ce n’est pas l’évolution de la technologie, en laquelle nous persistons à placer tous nos espoirs, qui la ralentira !

Heureusement, tous les scientifiques ne sont pas tous tombés dans le piège du futurisme, certains sont sceptiques, et pour cause : cette approche de la connaissance ultime (révélation par la recherche) révèle elle-même son incomplétude, elle n’est que l’outil développé par celui qui est dans la partie ! Un être sage et vénérable dirait que les chercheurs des pays soumis à la croissance forte commettent l’erreur de penser que leur voie, le réductionnisme, est l’unique accès fiable au cœur de la connaissance. Il ne s’agit pourtant que d’une voie déterminée dans un espace-temps relatif qui n’est que dualité. Une voie déterministe, rien de plus. Reste celle de la sémantique ! Reste le mystère de ces passerelles invisibles que sont  les mathématiques. Restent les chemins abstraits de l’art, de la transe, de la méditation de pleine conscience ou de la prise expérimentale de plantes psychotropes. Reste, derrière la poésie des livres saints, le nouveau regard rationaliste appliqué à la théologie. Cette autre voie, ces passerelles, ces sentiers et ces nouvelles conceptions sont probablement les clés qui nous libéreront de l’ironie cruelle de notre situation ! Laquelle ?  Revenez quelques lignes en arrière… Ce scénario futuriste je le rappelle est celui d’un singe hanté par le fantôme de l’inquisition, un jeune singe qui cherche le père qu’il a tué pour être élu, un joli vainqueur qui se passionne pour l’art primitif de la médiocratie, un primate, donc, fasciné par la puissance et possédé par le pouvoir obscur qui consiste à avilir la nature de chacun pour le bien de tous !

Au nom de la vérité des vainqueurs, au nom du Père, au nom du fils, au nom de l’élu, qui a tué le père avant les élections… Au nom du « Je » royal, au « sévice » de tous, au nom de la vérité des nouveaux vainqueurs ! Pierre, Paul, Jacques, Monique… Tous ne sont plus qu’un seul NOM, Le Nouvel Ordre Mondial. Mais la pensée unique, liée au lissage des différences, des cultures et des conditions sociales des seuls ouvriers est-elle l’unité ? Le régionalisme Européen tel qu’il a été ratifié, incarne un test désastreux de ce fantasme global prématuré : a-t-on obtenu l’autonomie des régions ou leur soumission ?

La mondialisation arrive aussi sûrement que le soleil envahira un jour la terre ! N’oublions pas que les lois de l’univers sont déterminées ! En revanche, la façon de parcourir le chemin, de fleurir ou de dégrader, de s’épanouir ou de dégénérer, nous appartient. Une question s’impose : cette mondialisation est-elle l’unité consciente et partagée par tous, ressentie par une humanité que l’avalanche des évènements pousse à prendre enfin rendez-vous avec elle-même ? Ou la soumission des Hommes devant leur orgueil ? Un Orgueil collectif qui pour s’incarner, n’attendait plus que tous invoquent son NOM. Internet, que nous pouvons comparer aux palantirs décrits dans l’œuvre de J.Tolkien, a déjà piraté toutes nos données et nos envies. Lorsque l’intelligence artificielle sera opérationnelle, les scientifiques auront ramené l’anneau à son maître ! L’Orgueil aura un corps de silicium et la toute-puissance.    

Je nous renvoie souvent au même constat : le corporatisme, le libéralisme, le socialisme, le capitalisme (…) l’informatique ou la mondialisation ne sont pas des problèmes, mais des outils ! Ce qui pose problème c’est la façon dont l’Homme les définit et les utilise. Qui ? Quand ? Comment ? Quelle ambiance régnait dans le bac à sable lorsque les outils furent trouvés ? Quel genre de type les revendique, quel genre de type les manipule ? Quel âge mental ont les décideurs, les vendeurs et les acheteurs ? Comment a-t-on utilisé les outils et jusqu’où sommes-nous allés ? Que nous reste-t-il à faire du temps qui nous est imparti ?

Le roi des singes, victime de son orgueil a manipulé le bâton de pouvoir et lié les peuples dans l’hypocrisie la plus totale ! Une affaire qui roule ! Un enfoiré qui pète plus haut que ses fesses et qui transforme inconsciemment une coulée de neige en avalanche ! Stopper ce train rempli de faux amis est physiquement impossible et la technologie ne pourra que ralentir, tant bien que mal, la croissance de la consommation énergétique d’une machine dont la taille et la vitesse grandissent au fur et à mesure que le sperme coule à flot. Va-t-on attendre que le train déraille en rêvant à des lendemains meilleurs ? A-t-on l’idée morbide de l’anéantir pour le stopper ? Ou va-t-on enfin comprendre qu’il s’agirait de faire des faux amis des amis sincères pour reprendre ensemble le contrôle de la locomotive ???

Ceci est un choix qui appartient à chacun de nous, au-delà des frontières ! Le pouvoir et les oligarchies elles-mêmes ne sont que des outils, de simples instruments qui se plieront à la volonté de l’être lorsqu’il et elle sera libéré(e) de sa terrible crise d’adolescence.

Un choix à faire…

Un choix difficile, autant pour ceux qui subissent l’Histoire, que pour ceux qui l’écrivent et en profitent grassement. Un espoir de fou… Mais n’oublions pas que la lumière d’une simple étoile visite les ténèbres de fond en comble. Des Hommes de bien (il en reste) peuvent s’unir contre toute attente et déclencher des avalanches dans l’avalanche, pour disperser peu à peu le torrent dévastateur !

Et je ne pense pas me tromper en affirmant que même un tyran n’est qu’un enfant malheureux qui a choisi de grandir dans la peau du monstre qui le ronge.

Un choix à faire !

 

[1] La croix de sa foi, maculée de sang, tout comme le sexe de l’homme (un dard et deux testicules ) ressortant d’un vagin ( un conduit et deux ovaires ) qu’il a pris l’habitude de forcer.

La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique
La médiocritude… Du gaspillage idéologique et énergétique

Commenter cet article