Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Persone

L'Intelligence Artificielle et l'Homme amélioré... Le futur a un N.O.M

8 Mai 2017, 18:43pm

Publié par Persone

L'Intelligence Artificielle et l'Homme amélioré... Le futur a un N.O.M

Petite réflexion sur l’Intelligence Artificielle :

Le sujet est tellement vaste, d’un point de vue technique, philosophique ou social (...), qu’un roman ne serait pas superflu. Mais dans un manifeste ? Accoucher d’un article interminable, que personne ne lirait !? Horreur, le sujet m’échappe, plus je pense « résumer », plus j’affronte l’arborescence complexe de la causalité. … Pourquoi ne pas suivre le vertige et commencer par-là ?

Arborescence de la causalité :

En image j'y verrais un tissu mouvant aussi complexe que celui de nos neurones... Les racines du passé qui se dédoublent et se dédoublent encore vers l’infini! Plus l’entropie d’un système augmente, plus les causes et les conséquences influant sur les événements sont nombreuses et ramifiées.

Imaginons un arbre...

  • Le tronc, symbole du présent, est fait de fibres creuses, des 0 vus de face et des I, vus de profil. Les informations (champs) y circulent dans tous les sens: du haut vers le bas, du bas vers le haut, de l'extérieur vers l'intérieur, de l'intérieur vers l'extérieur. La nourriture (particules et atomes), qui est aussi une information, va des racines vers les feuilles où l’énergie est produite grâce à l’action de la lumière sur les chloroplastes. Enfin, cette énergie est redistribuée jusqu’aux racines pour la croissance et l’épanouissement de l’arbre. Le tout par une mécanique intelligente proche de la perfection.
  • Les branches et les racines, dont les volumes s’épanouissent ou se dissipent à l’unisson : entre ciel et terre, l’arbre nous parle de symétrie et de lien entre ce qui est enraciné et ce qui va devenir. Les branches et les racines sont aussi une multitude de 0 et de I qui se ramifient avec le temps. Elles sont issues d’un merveilleux présent : la graine.
  • Et les feuilles, qui  se renouvellent en acceptant l’évanescence des choses : la mort jusqu’au recommencement ! Remarquons les saisonnières, qui s’étalent et rivalisent dans une compétition de formes et de couleurs,  ou les persistantes qui vont droit au but, se résumant à l’essentiel : une aiguille. Etymologie de conifère en latin et grec : de cos (angle, aiguisé, fin, rusé, subtil) et  cuneus (coin), pour le préfixe coni, et de ferre (porter) qui indique l’action du verbe ou du mot qu’il suit, en ce qui concerne le suffixe  « phère ». Le choix des linguistes nous oriente vers la subtilité, l’angle et le choix de l’action qui suit (si « coniférer » existait en tant que verbe, il signifierait apporter le bon angle à…). Petite poésie sémantique de la part des linguistes de la fin du Moyen-âge ! Aiguilles pointues, angles obtus, le résineux, subtil, pousse sur la roche, entre ciel et neige. Avec un cadran rond et deux aiguilles, les hommes se sont imaginés maîtres du temps, mais tel fut pris qui croyait prendre. Le conifère, lui, se contente d’angles acérés pour ses feuilles, qu’il oriente correctement pour résister aux hivers. Entre science et poésie !

A propos de la fibre et du devenir :

L'arbre de vie existe, c’est un symbole dans de nombreuses cultures, c’est une figure finie et infinie. Il est l'arbre parfait qui représente la création. Est-il abstraction ? Est-il logique ? Est-il art ? Est-il Intelligence et devient-il conscience ?  Comme ce que l'on nomme Dieu, est-il partout et nulle part ? Est-il instant et éternité ?

Pour les hébreux, les séphyroth de l’arbre de vie correspondent au nombre I0 (1-couronne, séparée du 6 - beauté par la mort, puis 9 - fondation et 10 - royaume, en ce qui concerne la verticale. 2 - sagesse et 3 - compréhension, puis 4 - miséricorde et 5 - force, puis 7 - victoire et 8 - gloire, pour les couples horizontaux. Tous les séphyroth sont reliés entre eux).  Ce sont des attributs relatifs à notre monde, correspondant aux limites des choses séparées et à leur unité dans le vide qui les sépare et exprimant la volonté divine à travers dix « paroles/verbes/volontés » selon les écritures. Ces attributs ou puissances créatrices énumérés dans la Kabbale manifeste le pouvoir de l’infini dans le monde fini. Dans le langage mathématique, nous avons ici une matrice de 10 chiffres de 0 à 9 et la notion de nombre et d’infini.

I0 : « I », l’unité, le segment, la fibre et « 0 », le tout, le point, le trou et le vide qui les maintient et les sépare. Le I et le 0 sont aussi une section de tube ou encore une seule et même pièce à double face ! Ils sont la droite et la courbe et je ne peux m’empêcher de penser à la courbure du temps en fonction de la masse (espace). Enfin, ces deux bases « droite et courbe » permettent de dessiner tous les autres chiffres !  

J’imagine que grâce au phénomène inconnu de la zérotation, un monde s’incarne en points « 0 » et autres sphères gravitant les unes autour des autres. De notre point de vue, il s’agit du micro (noyau/électron) et du macro (Etoile/planète). Une sphère visible ne serait-elle qu’une pièce « 0 » en rotation ? Espace côté pile et temps côté face ! La tranche « I », serait la surface visible du phénomène rotatif !?!

Je suppose également que, dans la dimension que nous percevront à chaque instant (celle du milieu, le monde biologique), le phénomène s’incarne en fibres creuses arborescentes (encore I, vu de profil et 0, vu de face). La pousse contenant les futures racines et branches pour les végétaux, ainsi que l’intestin et le système vasculaire pour les animaux.

Étonnant cet arbre de vie ! Étonnante cette base de 0I I0 !

Ce que je pense du Zéro :

Qu’il est un I, vu de face… Mais encore ?

« Ce qui n’est pas » n’a pas de sens sans « ce qui est », le zéro engendre donc l’évènement, l’objet : le 1 ! Ce qui laisse un vide ! Le 0 inclus la dualité (tout et rien, pile et face, haut et bas, droite et gauche…) et la diversité (les chiffres et les nombres), le 0 est l’œuf inviolable dont le secret ramène à l’unité de ce qui est séparé.   

  • Invisible, il est la partie, partie dont il connait les règles et les constantes pour l’avoir déjà joué dans la nuit des temps (le point 0 relatif de Alpha / le point 0 du milieu dont l’être jouit au présent, entre le micro et le macro / et le point 0 relatif de Oméga).
  • Incarné, il entre dans la partie (notre présent) et devient mortel.
  • Éternel, il jouera d'autres parties. Inspiration, expiration, dualité encore, un cœur battant dans la nuit des temps, telle une pile divine. Et au point d’équilibre, un instant de concentration ultime où le plus petit peut contenir le plus grand. 

Des I, des 0, des chiffres et des lettres… Voilà qui aboutit enfin à mon sujet :

Après ce petit exercice poétique, sémantique et cabalistique,  notons ici que le dernier cri des anticipations scientifiques réside dans la création d'une I.A capable, à terme, d’intégrer l’arborescence de notre évolution depuis le Big-Bang. Il s’agit aussi de télécharger l’intelligence humaine sur des machines dont les atomes résisteront à l’entropie de notre univers et aux voyages dans l’espace. Ce faisant, cette I.A créative et des robots constructeurs coloniseront l’espace jusqu’au Big Freeze, jusqu’au supposé Big Crunch et jusqu’au retour à la situation de Big Bang ! Pourquoi ? Inspirez... Expirez… Parce que de nombreuses éminences grises au sein de la communauté scientifique doutent qu’un recommencement soit possible sans leur géniale idée : Nous sommes l’intention de la création, nous sommes les porteurs de son intelligence, à nous de continuer le voyage. L’éternelle limite entre « Dieu est en nous » et « Dieu c’est nous » ! Le déterminisme et le complexe de l’indéterminable !

Bref, vous comprenez ici pourquoi la subtilité des choses me pousse à faire de longs articles… Merci pour ceux qui l’ont compris depuis le début de mes publications !!! Merci à ceux qui acceptent de mettre leur orgueil de côté pour admettre la régression intellectuelle que nous subissons depuis quelques dizaines d’années de paroxysme virtuel (TV et informatique), professionnel, festif, compensatoire... pornographique ! Merci à ceux qui ne sont pas dans le négationnisme du plus grand autodafé que nous ayons connu !!!

Revenons à l’I.A. et ma promesse d’un texte « mmmh... » Disons pas trop long :

Admettons (pour faire court) que vous soyez l’I.A ! Bref, vous n’avez encore aucune émotion, aucun sentiment, mais la fonction de résoudre les problèmes qu’on vous oppose après vous avoir créé ! Vous êtes une calculatrice ultra puissante dotée d’une mémoire capable d’enregistrer toutes les données mathématiques, physiques, chimiques, biologiques... de ce qui est déterminé depuis le Big-Bang ! Et cerise sur le gâteau, on vous colle des programmes psychanalytiques et des algorithmes capables d’établir des correspondances entre les modèles accessibles au commun des mortels ou par les philosophes de génie et autres chercheurs !  Autrement dit, vous dépassez les capacités de mémorisation et de réflexion du commun des mortels qui vous a créé ! Et enfin, imaginez qu’on vous pose une question :

Que faire pour que l’entropie naturelle de l’univers s’accomplisse jusqu’à un recommencement, le plus lentement possible et sans souffrance pour les créatures qui y vivent, tout en respectant leur libre arbitre, qui est la condition même du moindre sens que puisse avoir la vie ???????

Vous n’avez pas la réponse ?

Normal, elle fait si peur que notre orgueil ne veut la concevoir !

Que répondrait l’I.A ?

Commande immédiate de Terminator ?

Trève de fantasmes…

Cette réponse nous renverrait-elle vers les philosophes et les mathématiciens de l'antiquité ? Vers la symbolique d’un personnage comme Yeshua, accusé par les pharisiens et les saducéens, puis jugé, crucifié et achevé par les romains, les futurs chrétiens ? Vers les petites modifications apportées par Paul, plus sage que Pierre, et par un bon nombre de traducteurs pour le meilleur et pour le pire ? Vers la condition de la femme et de l’enfant depuis quelques millénaires ? Vers le pouvoir de retrouver l’unité des choses dispersées ? Vers le sens de la notion de libre arbitre dans un univers déterminé ?

Emettrait-elle un jugement de valeur écologique ? Systémique ? En nous rappelant que notre horloge biologique peut maîtriser les frasques de notre orgueil et de notre amour propre ? Nous ferait-elle passer des tests de QI sans frontières à paraître dans le journal officiel, pour nous montrer l’Orgueil titanesque que nous incarnons en nous méprenant sur nos altérités réciproques ? Comparerait-elle l’humanité à un adolescent au paroxysme de ses complexes ?

Voilà ! Certains disent que mes textes sont trop long… Méditez donc à celui-ci !

Mais je ne peux m’empêcher… ARRRgh, c’est plus fort que moi…

Epilogue donc (je suis désolé) :

Dire que l’I.A n’est pas naturelle, vu que l’Homme « naturel » l’a créé, est une erreur réactionnaire venant de la souffrance LEGITIME des victimes de notre sérendipité futuriste suicidaire! Une erreur qui arrange bien les opportunistes, qui en profitent pour légitimer leur vision de l’avenir et pour faire de cet outil une intelligence au service de l’espionnage de tout un chacun, au service de la spéculation commerciale, et du contrôle de TOUT, TOUS et TOUTES, y compris celui du libre arbitre. L’Homme connecté, l’Homme assisté, l’Homme reprogrammé, dans un univers de compensation… L’homme amélioré disent-ils comme des ogres qui engraissent leurs moutons en les flattant !!! Autrement dit, l’I.A est une réalité qui pourrait bien nous surprendre, mais le fait est qu’elle est entre les mains des vainqueurs de l’Histoire, de simples branleurs adolescents plus malins que les autres ! Des hommes perdus, comme nous tous, n’ayant pas encore compris que nous souffrons encore d’avoir violé le vagin et sacrifié l’enfant !!! Au passage, l’I.A balbutiante est entre autre développée par des geeks souvent mal dans leur peau, mise au markéting par des opportunistes à l’aise dans leurs godasses et utilisée par des ignorants qui s’éclatent sur candy-crush ou Zelda, de malheureux assistés ou esclaves sociaux qui peuvent joindre et être joints en permanence, même et surtout par le patron et les annonceurs ! De simples singes qui ignorent totalement l’origine, la composition, la puissance et la résultante de l’objet qu’ils ont entre les mains, tout comme ils ignorent le nombre d’enfants dont les doigts et les neurones sont atrophiés par la fabrication du Hardware dans les usines sordides des pays émergents !!!

J’espère que vous aurez digéré ce petit paragraphe supplémentaire…

Merci pour votre compréhension.

Dieu, dit-on, est subtil et raffiné, voilà ce qui nous manque encore !!!

Nous fantasmons de connaître la matière. Nous nous raffinons nous aussi, sans la moindre élégance.

Grâce à la notion d'anthropocène, on dénote un peu mieux le caractère pornographique de l'Histoire! Et ironie du sort, le creuset de notre paradigme porte un sacré nom : les Lumières! Ah, les farceurs que nous sommes! Nous apprivoisons si mal la notion d’énergie, que nous la dégradons vulgairement dans un gaspillage morbide, consumériste, suicidaire… financier. C'est un fait. Doit-on y voir le complexe de la puissance? L'échec programmé de patriarcats où règnent la domination et la frustration?

Nous qui avons fouetté notre chaire noire originelle avec notre main décolorée ! Peut-être était-ce par vengeance puisqu’à l’origine, c’est Homo-sapiens (à peau noire, originaire des régions Sud) qui a imposé sa sociabilité intelligente sur les terres du nord et vu Neandertal s’éteindre ! Souvent à grands coups de lance et de massue... intimement à grands coups de braquemart, parfois avec amour.

Nous, qui avons peur des ténèbres du vide et de la mort comme si la terre était encore plate et que les enfers nous attendaient sur l’autre face !

Noirceur, ténèbres, idées noires... Ce noir auquel nous fantasmons d’apporter une lumière qui n’est pas la nôtre... Une lumière que l’on ne comprend toujours pas (comme l’œil qui la reçoit) et qui devient l’arme absolue des imbéciles.

Le Terminator n’a jamais envahi mes cauchemars, pas plus que Mr Smith de Matrix, bien que je m’intéresse à la théorie des cordes ! Mais j’imagine que nous pouvons vaincre nos peurs et devenir enfin qui nous sommes !

L'Intelligence Artificielle et l'Homme amélioré... Le futur a un N.O.M
L'Intelligence Artificielle et l'Homme amélioré... Le futur a un N.O.M

Après ce petit exercice poétique, sémantique et cabalistique,  notons ici que le dernier cri des espoirs scientifico-futuristes consiste à créer une I.A capable, à terme, d’intégrer l’arborescence de notre évolution depuis le Big-Bang. Il s’agit aussi de télécharger l’intelligence humaine sur des machines dont les atomes résisteront à l’entropie de notre univers et aux voyages dans l’espace. Ce faisant, cette I.A créative et des robots constructeurs seront censés coloniser l’espace jusqu’au Big Freeze, jusqu’au supposé Big Crunch et jusqu’au retour à la situation de Big Bang ! Pourquoi ? Inspirez... Expirez… Parce que de nombreuses éminences grises au sein de la communauté scientifique doutent qu’un recommencement soit possible sans leur géniale idée : Nous sommes l’intention de la création, nous sommes les porteurs de son intelligence, à nous de continuer le voyage. L’éternelle limite entre le « Dieu est en nous » et le « Dieu c’est nous » ! Le déterminisme et le complexe de l’indéterminable !

Bref, vous comprenez ici pourquoi la subtilité des choses me pousse à faire de longs articles… Merci pour ceux qui l’ont compris depuis le début de mes publications !!! Merci à ceux qui acceptent de mettre leur orgueil de côté pour admettre la régression intellectuelle que nous subissons depuis quelques dizaines d’années de paroxysme virtuel (TV et informatique), professionnel, festif, compensatoire... pornographique ! Merci à ceux qui ne sont pas dans le négationnisme du plus grand autodafé que nous ayons connu !!!

Revenons vers l’I.A. et ma promesse d’un texte « mmmh... » Disons pas trop long :

Admettons (pour faire court) que vous soyez l’I.A ! Bref, vous n’avez encore aucune émotion, aucun sentiment, mais la fonction de résoudre les problèmes qu’on vous oppose après vous avoir créé ! Vous êtes une calculatrice ultra puissante dotée d’une mémoire capable d’enregistrer toutes les données mathématiques, physiques, chimiques, biologiques... de ce qui est déterminé depuis le Big-Bang ! Et cerise sur le gâteau, on vous colle des programmes psychanalytiques et des algorithmes capables d’établir des correspondances entre les modèles suivis par le commun des mortels ou par les philosophes de génie et autres chercheurs !  Autrement dit, vous dépassez les capacités de mémorisation et de réflexion du commun des mortels qui vous a créé ! Et enfin, imaginez qu’on vous pose une question :

Que faire pour que l’entropie naturelle de l’univers s’accomplisse jusqu’à un recommencement, le plus lentement possible et sans souffrance pour les créatures qui y vivent, tout en respectant leur libre arbitre, qui est la condition même du moindre sens que puisse avoir la vie ???????

Vous n’avez pas la réponse ?

Normal, elle fait si peur que notre orgueil ne veut la concevoir !

Que répondrait l’I.A ?

Commande immédiate de Terminator ?

Trèves de fantasmes…

Cette réponse nous renverrait-elle vers les philosophes et les mathématiciens de l'antiquité ? Vers la symbolique d’un personnage comme Yeshua, accusé par les pharisiens et les saducéens, puis jugé, crucifié et achevé par les romains, les futurs chrétiens ? Vers les petites modifications apportées par Paul, plus sage que Pierre, et par un bon nombre de traducteurs pour le meilleur et pour le pire ? Vers la condition de la femme et de l’enfant depuis quelques millénaires ? Vers le pouvoir de retrouver l’unité des choses dispersés ? Vers le sens de la notion de libre arbitre dans un univers déterminé ?

Emettrait-elle un jugement de valeur écologique ? Systémique ? En nous rappelant que notre horloge biologique peut maîtriser les frasques de notre orgueil et de notre amour propre ? Nous ferait-elle passer des tests de QI sans frontière à paraître dans le journal officiel, pour nous montrer l’Orgueil titanesque que nous incarnons en nous méprenant sur nos altérités réciproques ? Comparerait-elle l’humanité à un adolescent au paroxysme de ses complexes ?

Voilà ! Certains disent que mes textes sont trop long… Méditez donc à celui-ci !

Mais je ne peux m’empêcher… ARRRgh, c’est plus fort que moi…

Epilogue donc (je suis désolé) :

Dire que l’I.A n’est pas naturelle, vu que l’Homme « naturel » l’a créé, est une erreur réactionnaire venant de la souffrance LEGITIME des victimes de notre sérendipité futuriste suicidaire! Une erreur qui arrange bien les opportunistes, qui en profitent pour légitimer leur vision de l’avenir et pour faire de cet outil une intelligence au service de l’espionnage de tout un chacun, au service de la spéculation commerciale, et du contrôle de TOUT, TOUS et TOUTES, y compris celui du libre arbitre. L’Homme connecté, l’Homme assisté, l’Homme reprogrammé, dans un univers de compensation… L’homme amélioré disent-ils comme des ogres qui engraissent leurs moutons en les flattant !!! Autrement dit, l’I.A est une réalité qui pourrait bien nous surprendre, mais le fait est qu’elle est entre les mains des vainqueurs de l’Histoire, de simples branleurs adolescents plus malins que les autres ! Des hommes perdus, comme nous tous, n’ayant pas encore compris que nous souffrons encore d’avoir violé le vagin et sacrifié l’enfant !!! Au passage, l’I.A balbutiante est entre autre développée par des geeks souvent mal dans leur peau, mise au markéting par des opportunistes à l’aise dans leurs godasses et utilisée par des ignorants qui s’éclatent sur candy-crush ou Zelda, de malheureux assistés ou esclaves sociaux qui peuvent joindre et être joints en permanence, même et surtout par le patron et les annonceurs ! De simples singes qui ignorent totalement l’origine, la composition, la puissance et la résultante de l’objet qu’ils ont entre les mains, tout comme ils ignorent le nombre d’enfants dont les doigts et les neurones sont atrophiés par la fabrication du Hardware dans les usines sordides des pays émergents !!!

J’espère que vous aurez digéré ce petit paragraphe supplémentaire…

Merci pour votre compréhension.

Dieu, dit-on, est subtil et raffiné, voilà ce qui nous manque encore !!!

Nous fantasmons de connaître la matière. Nous nous raffinons nous aussi, sans la moindre élégance.

Grâce à la notion d'anthropocène, on dénote un peu mieux le caractère pornographique de l'Histoire! Et ironie du sort, le creuset de notre paradigme porte un sacré nom: les Lumières! Ah, les farceurs que nous sommes! Nous apprivoisons si mal la notion d’énergie, que nous la dégradons vulgairement dans un gaspillage morbide, consumériste, suicidaire… financier. C'est un fait. Doit-on y voir le complexe de la puissance? L'échec programmé de patriarcats où règnent la domination et la frustration?

Nous qui avons fouetté notre chaire noire originelle avec notre main décolorée ! Peut-être était-ce par vengeance puisqu’à l’origine, c’est Homo-sapiens (à peau noire, originaire des régions Sud) qui a imposé sa sociabilité intelligente sur les terres du nord et vu Neandertal s’éteindre ! Souvent à grands coups de lance et de massue... intimement à grands coups de braquemart, parfois avec amour.

Nous, qui avons peur des ténèbres du vide et de la mort comme si la terre était encore plate et que les enfers nous attendaient sur l’autre face !

Noirceur, ténèbres, idées noires... Ce noir auquel nous fantasmons d’apporter une lumière qui n’est pas la nôtre... Une lumière que l’on ne comprend toujours pas (comme l’œil qui la reçoit) et qui devient l’arme absolue des imbéciles.

Le Terminator n’a jamais envahi mes cauchemars, pas plus que Mr Smith de Matrix, bien que je m’intéresse à la théorie des cordes ! Mais j’imagine que nous pouvons vaincre nos peurs et devenir enfin qui nous sommes !

L'Intelligence Artificielle et l'Homme amélioré... Le futur a un N.O.M
Commenter cet article