Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Persone

Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0

18 Juin 2017, 00:41am

Publié par Persone

Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0
Un président trop parfait? Un Mitterrand 3.0

Un président trop parfait ? Un Mitterrand 3.0 ?

 

Pourquoi aucun article sur notre jeune président ? M’a-t-on demandé…

Pour tirer un boulet, je suppose ? Ai-je répondu.

Parce que je n’ai plus de munitions, j’ai décidé de tout larguer en tirant dans le tas avant les élections. Non sans précision, j’ose préciser !

Parce que je n’attendrais jamais rien du suffrage universel dans une démocratie démagogique fondée sur le conditionnement spéculatif des masses laborieuses et des maîtres d’œuvres. Autrement dit, à l’image des neurones qui s’agitent entre nos doubles 0rganes récepteurs et émetteurs, toute société qui se proclame libre de penser mérite les saints ou les tyrans qu’elle engendre ! Souvent, elle engendre des hommes ordinaires dont la tyrannie n’est que la procuration de la colère des vaincus et de l’hypocrisie des vainqueurs. Rarement elle engendre des saints dont la générosité et l’ingéniosité sont un présent pour les vaincus, les vainqueurs et les autres… La générosité d’un ramasseur de rêves est lourde à porter et son travail est ingrat. Il porte un sac empli de peine, dont le poids est à la mesure de l’indifférence de tous.

Et puis, parce que notre président est élu, si je ne m’abuse. Nous sommes En Marche. Nous sommes Emmanuel Macron, Emmanuel Macron est nous. Dans l’idéal bien entendu. Ce qui signifie le capitaine a été choisi et le bateau a quitté le port. Le laisser faire ses preuves me semble plus décent que de tirer par automatisme, comme le font certains. Ce qui ne m’empêche pas de penser que les principaux acteurs présidentiables de la globalisation impériale ne sont pas choisis au hasard. J’ose croire que si un pantin peut échapper au contrôle d’un marionnettiste pour devenir un Hitler, il peut aussi le faire et devenir un Gandhi… Non ? … Vous êtes pessimistes !

Pour les commérages et les détails de la fiche technique, je vous renvoie à la presse à sensafion, pour les modalités de mise à mort du socialisme et pour le changement de vieille peau des deux partis « gauche-droite », je vous renvoie dans la marre du canard.

Un ou deux ressentis tout de même :

Si M. Trump me fait penser à Néron, M. Macron m’évoque Octave, héritier surprise de feu César (que je compare ici à Mitterrand le tonton Machiavel) et suffisamment jeune et cruel pour autopsier un Cicéron à demi-mort (le socialisme mourant d’hypocrisie). Octave partageant le second triumvirat avec Lépide et Marc Antoine. Lépide, général patricien, lui aussi admirateur de César, est un vieux dinosaure prudent, je le compare à la droite et à la partie visible et remaquillé de son extrême. Marc Antoine, le rouage qui grippe, le dernier dinosaure menaçant, appuyé par son armée, capable de séduire ou d’intimider la plèbe et surtout de s’allier avec les basanés pour arriver à ses fins : imaginons une chimère avec la tête torturée de Valls, la trompe du Général, la langue et les griffes d’un Soral et d’insupportables mouches mélenchonnes sous la queue.

Octavien, ayant établi son pouvoir absolu après la mort attendue de Marc Antoine (par suicide) et l’exil de Lépide. Octavien baptisé Auguste, titre accordé alors aux seuls Dieux ! Octavien le jeune, Octavien le puritain, flattant la vertu des femmes de Rome, Octavien le moralisateur, Octavien le dictateur, programmé pour gagner et dépasser un maître qui avait à la fois sauvé et fourvoyé la république.  

Le mieux qu’ait fait E.M est de déclarer que la colonisation était un crime contre l’humanité, mais je n’oublie pas pour autant que Lincoln n’a pas rompu les chaînes de l’esclave par simple humanisme !  

Commenter cet article