Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Persone

Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer !

7 Juin 2017, 21:48pm

Publié par Persone

Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !
Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !
Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !
Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !
Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !
Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !
Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !
Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !
Virus, bactéries, immunité, faiblesse, dépression, précarité, récurrence... Et cancer  !

Certains disent : « la pauvreté est une maladie qui s’installe »…

Mais en réalité, c’est la maladie qui est une pauvreté qui s’installe… Et dont certains profitent ! 

Autrement dit :

  • le premier crétin dominant qui a dit à son voisin : « ce feu, ces grottes, cette viande et ces jolies femmes m’appartiennent, si tu veux, tu bosses pour moi ! », ainsi que le voisin qui a accepté le marché, n’avaient probablement pas conscience que leur petite affaire engendrerait un jour la grippe tueuse, la malbouffe et le cancer de la prostate !
  • Plus tard, l’opportuniste qui en a conclu : « tout cela m’appartient, que ou combien va leur coûter le partage ? » venait, à travers l’esclavage et l’impérialisme, d’inventer le remède contre la résistance immune et contre l’épanouissement autonome d’autrui.
  • Et enfin, le grand humaniste qui a aboli l’esclavage au nom du progrès nous a permis de vivre assez longtemps pour en subir les conséquences : le cancer global et le trou de la sécurité sociale.

Autrement dit :

Fuir le négatif, nier le jeu de la sérendipité et de la zemblanité, se contenter de lâcher prise et d’oublier le passé, ne changera rien à l’entropie des choses et ne nous libérera pas de la haine de ceux dont la mémoire a été meurtrie, violée ou calomniée et qui ne profitent pas du mode de vie des grands vainqueurs de l’Histoire. Que cela soit dit, le New-Age lui-même nourrit la spéculation des opportunistes et des chiens de guerre qui attendent notre affaiblissement critique pour nous botter le cul ! Pour autant, tout le mal que l’on se fait et que l’on impose à nos enfants, nul ne le mérite ! Nous ne sommes que de misérables imbéciles dont l’esprit, le corps et le temps ont été respectivement conditionné, esclavagé et acheté.

Alors quoi ?!? Le Grand pardon ! Le vrai ! La vérité, pas l’argument de vente ! Voilà ce que nos enfants méritent !

Le repentir général du patriarcat roi ! Le repentir de tous ces Hommes (hommes et femmes, femmes qui deviennent des Hommes comme les autres –je précise que je ne suis ni catho, ni macho) ! Le repentir et l’abolition de l’hypocrisie qui cancérise l’humanité ! La réconciliation, la vraie ! Notre évolution tient à quelques mensonges millénaires qu’il serait temps de faire tomber…

Autrement dit :

Sous le voile des hypocrites, existe des solutions simples, totalement pragmatiques, qui nous guériraient de notre adolescence collective suicidaire. Mais le simple mot « vérité » fait peur ! Un mot que les vainqueurs et les actionnaires du Grand Marché Global n’utilisent jamais tout en faisant admettre à des milliards d’individus soumis ou conditionnés, une infinité d’inepties et de mensonges que les compensations matérielles et une fausse démocratie transforment en un paradis paradigmatique fonctionnel satisfaisant… à double tranchant. « Ça c’est le monde réel mec ! » - Une phrase d’une banalité effrayante, que l’on entend dès l’éteignoir (la section industrielle du nœud qui nous relie encore à l’enfance et au savoir universel) et que chacun nous a répété jusqu’à ce que nous rentrions dans un des moules prévus pour nous.  Bref, si vous suivez bien, il n’y a pas de vérité, mais le monde est bien réel, vrai ne veut rien dire, mais la réalité existe, rien n’est déterminable, mais tout est déterminé ! Voilà qui nous arrange bien ! Et qui sonne bien aux oreilles ! Le problème, c’est que cela n’a aucun sens, que celui d’une rhétorique à bouffer du foin. Un scientifique vous expliquerait qu’une telle affirmation ne fait que séduire depuis que les médias consacrés à la science ont mis les paradoxes à la mode… en quelques formules et avec quelques mots raisonnables, il vous démontrerait aussi que l’indéterminable existe, que c’est la physique quantique qui nous l’a fait comprendre et que cela nous amène à réfléchir au théorème d’incomplétude (insuffisance des repères accessibles à l’observateur), au saut quantique dans le tissu de l’espace-temps (ubiquité de la matière) et à une intelligence créatrice du monde connu qui serait à la fois la partie et dans la partie. Et enfin il vous expliquerait que cela ne change rien au fait que tout soit déterminé et qu’il existe des vérités ordinaires ou essentielles, comme tout ce que l’on peut constater au quotidien sans avoir à l’interpréter pour les ordinaires et comme les constantes universelles en ce qui concerne les essentielles. L’analyse scientifique des vérités ordinaires et essentielles permet le progrès technologique et urbain (l’aspect qui attire toute notre attention), mais permet aussi de comprendre la nature des liens de la causalité et l’évolution de son arborescence (l’aspect écologique et psychologique, celui sur lequel nous préférons fermer les yeux) !  Compte tenu du décalage entre notre épanouissement cérébral et l’entropie de notre mode de vie, la causalité de nos propres actes nous échappe, mais tout reste déterminé. L’indéterminisme ne concerne que le quantique et l’au-delà du fond diffus cosmologique, le mystère du présent et du libre arbitre. Certains parlent de Dieu et de ses voies impénétrables, y compris parmi les blouses blanches.

Autrement dit :

Puisque tout est déterminé depuis le point Alpha et peut-être même avant, puisque chaque chose datant de milliards d’années et toutes ordonnées dans une infinie précision conditionnent notre présent et notre avenir, comment imaginer que des évènements ou des comportements sexuels, sociaux ou politiques datant de 25, 12, 6 et 2 mille ans ne soient plus à prendre en compte pour comprendre notre actualité ???  Comment fantasmer que des mensonges énormes, mais totalement déniés aujourd’hui et parfois oubliés des nouvelles générations, ne constituent pas un facteur morbide influençant notre consumérisme hypocrite ? Comment faire du « faut oublier le passé et se détourner du négatif » un nouveau syncrétisme à la fois laïque et religieux, sans risquer de livrer nos enfants à la guerre et au retour du fascisme ???

Ceci ne constitue pas qu’un paradoxe ! L’ignorance, mais surtout l’hypocrisie nous tueront tous !   

Commenter cet article