Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Persone

L'offre, la demande et l'éthique

10 Janvier 2019, 02:25am

Publié par Persone

L'offre, la demande et l'éthique

Sans éthique, offrants et demandeurs ne sont plus que maîtres et esclaves dépendants les uns des autres, prisonniers, asservis sur leur île de Pâques.

Elle est loin cette parenthèse antique durant laquelle l’indifférenciation sexuelle n’était pas une affaire et surtout un complexe d’État... Le complexe de ceux ayant conservé l’indéterminisme de l’œuf! Une frustration capitale imposée par le jugement de la poule et du coq bienpensants, raisonnablement conditionnés au déterminisme ! La poule et son mâle dominant pensent faire l’œuf, mais c’est bien l’enfant qu’ils ont éteint en eux qui a engendré les adultes qu’ils sont !  L’humanité a été jeune elle aussi, qui peut dire quel(le) en était le père ou la mère ?  Quel était sa nature, sa position et sa vitesse ? La science elle-même ne répond pas à cette question concernant la particule ; concernant l’avant, encore moins (mur de Planck).

Après cette parenthèse (pas si enchantée que cela si l’on considère les objets sexuels que représentaient souvent les androgynes), arrive le monothéisme, la  morale (une vertu puissante, mais indéterminable et instrumentalisée par l’hypocrisie) et surtout l’inquisition ! Les indéterminés ne résistent pas au jugement des fanatiques de Dieu le PERE ! On les cache honteusement, on les torture, on les mutile s’il faut. Après l’obscurantisme, le retour des Lumières ! Mais la révolution du prolétariat, dans toute sa rudesse et sa violente terreur, ne se préoccupe guère de ce tabou ! Vient ensuite la révolution des mœurs et le règne des NTIC… Le peuple sait, on ne peut plus le tromper avec de simples discours et livres d’école, que faire ? Lui attribuer ce qu’il veut prendre, lui dire ce qu’il veut entendre, mettre sa nouvelle liberté et son matérialisme à profit ! La grande fête du slip et de la bonne conscience torturée avaient commencé, sur fond de drogue, rock’n’roll, conquête spatiale et syncrétisme en tous genres. Après les juifs et leur statut dans l’empire romano-germanique, après les esclaves, les prolétaires et même les femmes, les indéterminés et les homosexuels ont eux aussi leur révolution en grande pompe ! Les indéterminés pas tous, si on se préoccupe des êtres de pudeur et de solitude impossible, inatteignable, qui hantent nos rues dans l’indifférence générale.

Posons-nous une question : l’origine de la souffrance d’un peuple ou d’un groupe isolé face à d’autres, plus semblables, est souvent un phénomène rémanent, une plaie enfouie dans la mémoire commune, mais dont la raison a oublié la source capitale. Un venin dont on ne peut qu’apaiser les effets sur les victimes, si on n’en connaît pas la nature ! Encore faut-il comprendre que le sujet a été empoisonné, ou l’a-t-il été (trouver le serpent responsable) et depuis combien de temps ! Imaginons ici que le poison soit un subtil mélange de tristesse et de colère qui ne menace le pronostic vital de l’Homme que par des dommages collatéraux jugés minimes : le passage à l’acte de violence ou la morbidité type ulcère, cancer et compagnie… Voilà qui laisse du temps pour trouver l’origine du problème ! Mais comme nous venons de le voir, résoudre cette équation  n’est pas dans l’intérêt des stratèges de l’obscurantisme, de la révolution matérialiste et de la libération des mœurs !

Autrement dit, lorsque vient le temps de votre revanche, elle a été anticipée par ceux qui écrivent l’Histoire et on vous donne ce que vous réclamez, mais en aucun cas la réparation dont vous avez besoin. Comme tout le monde et en cœur avec les enfants des bourreaux qui vous humiliaient jadis, vous êtes invité à croquer dans la pomme ! Le jeu de la pomme est plus démocratique que la barbarie de jadis, il consiste à consommer chacun de son côté en exprimant nos altérités réciproques non plus par les armes, mais par la guerre économique ! Autant dire, qu’après des millénaires de frustrations, vous êtes doué à ce jeu…

Ceux qui auront compris où je veux en venir comprendrons aussi toute l’ironie de la situation : des fils de vainqueurs (les dominants, les colonialistes, les machos, les patriarches, les pères sévères, les perce Eve erre, les « persévère mon gars »…), lavés de toute responsabilité sur les plaies de ce monde, une économie mondiale consumériste dont témoigne la croissance anthropocène et de nouveaux vainqueurs dont les aspirations choquent la morale hypocrite de ceux qui les maltraitaient jadis.  Loin, très loin du confucianisme, un adage chinois contemporain dit : «la philosophie et l’écologie occidentales sont des luxes que l’homme blanc se permet, après s’être enrichi sur le dos des autres ! Un luxe que ses propres lois économiques n’octroient pas à ces autres ».  Pas de sagesse, pas de confucianisme, pas de défit ontologique, pas de pardon, juste du pragmatisme et de l’empirisme ! A méditer !

Pour en revenir à notre encart publicitaire :

La meilleure façon de défendre la notion d’indéterminisme, qu’il soit sexuel, mathématique (zéro, le fameux œuf qui fait la poule), physique (triangle de Heisenberg et théorème de Gödel), métaphysique ou théologique, ne consiste pas à en faire une mascotte de notre fantasme de la liberté ou un chien de paille de notre complexe d’incomplétude !  

Ce n’est pas la nature des beaux gosses qui sont photographiés ici qui pose problème, mais l’instrumentalisation de la polémique « Bi-homo-trans » par des techniques commerciales dont les dommages collatéraux sont une fois encore considérés comme acceptables. 

Le vieillard et l’enfant : «Papy, pourquoi Manix il apporte du confort aux deux messieurs ? »

Convenons-en : ce n’est pas d’homosexualité, de bisexualité ou de transsexualité dont papy devra parler ici, ni d’indéterminisme, mais de sodomie ! Il peut éventuellement s’en sortir en palabrant sur la complémentarité des orifices (0 ou I vu de profil), des conduits (idem) et des lubrifiants… Mais le fait que les papys savent mentir n’est pas rassurant. Depuis l’entrée fracassante de l’imagerie dans la grande cité des arts, des industries et des sciences et surtout depuis la prolifération décomplexée du porno en tous genres, on sait ce que signifie « les gosses s’adaptent, ils apprennent d’eux-mêmes avec les moyens du bord ! »

Laïcards, grenouilles de bénitier, conservateurs, progressistes, socialistes, capitalistes… Honte à nous tous !

La décadence au service de la compétition économique est une des plus grandes failles de la justice, elle révèle une profonde lacune concernant les différentes formes d’abus de pouvoir et la caractérisation des crimes fondés sur l’instrumentalisation de l’innocence pour obtenir le consentement de la victime !  

Je donne raison à Peter Pan et à Mercutio : les adultes ne valent pas une moitié de poisson pourri et la peste soit de leurs deux maisons aux mille visages !

Zéro et son unité (ensemble jamais absolument vide ni absolument plein), zéro et sa dualité (infiniment petit/infiniment grand, avant/après, dehors/dedans, haut/bas, gauche/droite, devant/derrière, possible/impossible, passe/ne passe pas, potentiel/manifeste etc…) !

-I (relatif mais déterminé) 0 (indéterminable mais cohérent) +I (relatif mais déterminé)… Et plus si affinités…

3 éléments en un 0, le 2 et le 3 demeurant premiers, manifestes mais cachés !

3 notions qui pourraient nous permettre de retrouver l’unité, de ne plus faire de la dualité un conflit d’altérités réciproques et de ne plus invoquer le néant pour compenser nos complexes. Celui du trop  vide et du trop-plein, celui du temps et de l’espace, celui du maître et de l’esclave, celui du sado et du maso, celui du sexe faible et du sexe fort, celui d’incomplétude et de toute puissance, celui de déterminisme et d’indéterminable… Celui d’incertitude qui devrait pourtant rassurer ce petit grand-homme qui 2meurt con/vaincu qu’il va mourir!

Tant que l’Homme ne comprendra pas les mécanismes découlant de son péché d’Orgueil, son amour propre restera l’intendant illégitime de cette illusion démagogique que l’on ose encore appeler démocratie.

Dans ce charmant paradigme plurimillénaire, le désir, la joie, la tristesse et l’intelligence des enfants n’ont pas la moindre chance de bonne fortune face à la convoitise, à la distraction, à la rancœur et à la ruse qui les gouvernent !  

Mais bon, on lubrifie…

Commenter cet article