Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Persone

Mythologie, philosophie, arithmancie...

6 Août 2019, 22:35pm

Publié par Persone

Luc Ferry fixe le point de départ avec ordo ab chaos, une notion qui a traversé les âges de Platon à Hegel pour finir par se galvauder sur des lexiques maçonniques et pire encore, par servir de prétexte au fatalisme darwinien. Qui de son côté sert d’excuse à tout, aux guerres, à la compétition économique, à l’obligation de croissance, au consumérisme et en allant plus loin : à l’organisation des extinctions de masse. 

L’ordre et le désordre, c’est logique et l’un ne peut aller sans l’autre… Donc quelque-chose précède et suit, quelque chose agit au-dedans et au dehors, quelque chose de plus grand et de plus petit à la fois... La dualité ! Principe premier bien que second, paire, médiateur et multiplicateur. La dualité est l’archétype immuable de la logique. La logique et le néant (domaine de l’impossible) détrôneraient donc l’ordre et le désordre dans ce qu’on aime voir comme le choc des dieux et des gladiateurs de la théorie ? Oui ! Mais dans l’éternité, dans le vide non vide, dans la matière non pleine et dans le domaine des principes en général, personne ne détrône personne. En revanche et sans risque de personnification cette fois, nous pourrions affirmer que la complémentarité est de mise.

Le domaine des infinis nous renvoie aussi à l’éternel, cet Éternel qui nous crée tant de complexe ! Au temporel on prête des sentiments, les nôtres bien que nous admettions depuis peu le sentiment animal et l’esprit de communauté végétal. Il était temps ! Mais à  l’éternel on ne prête rien d’autre que toute puissance ou absurdité sans le moindre sens. Ou encore miséricorde et cruauté à la carte. Ce rien responsable de tout ou ce dieu que l’on vénère et que l’on maudit suivant le jour de la semaine. Pour les matérialistes rationalistes (ou l’inverse), on ne se complique plus la vie : l’Éternel on ne lui prête aucune conscience, autrement dit, il n’est pas ! Pourtant toutes les formes de logique y sont manifestes et les mouvements permanents...

Pourquoi donc priver de sentiments une logique qui affronte l’éternité ? Cela serait pertinent si les sentiments prêtés se limitaient aux nôtre, c’est le grand dilemme théologique de la personnification, interdite non sans raison dans les commandements judéo-chrétiens ! En revanche, limiter la logique et sa double nature créatrice/actrice à un microprocesseur sans âme, sans désir, sans sentiments, sans rêve et sans la moindre conscience, cela me semble franchement réducteur et peu LOGIQUE. Entêté peut-être, mais pas logique. Aussi entêté que d’affirmer qu’il existe un Dieu tout puissant à la fois vengeur et miséricordieux. Par nécessité de sa propre nature, la logique est ! C’est donc un être, n’en faisons plus un Dieu pour attraper les alouettes et ne la sous estimons plus du haut de notre égocentrique Ergo sum !  Ne l’insultons plus avec notre innommable fatalisme, qui ne vaut pas mieux que notre pathétique et aveugle positivisme !   

Le philosophe évoque 6 degrés (nature et état), 6 positions (lieux) et 6 étapes (chronologie/vitesse), concernant le chaos, ce point de vue ouvre des perspectives restées trop longtemps dans l’opacité ! Tiens, trois 6… Mmmouarff! Soit Ferry retient l’information pour plus tard, soit il devrait faire un peu de physique.  Il fait aussi allusion à la nature indéterminable des morts pour disséquer un passage de l’extraordinaire métaphore métaphysique des grecs : les souvenirs sans nom ni visages… Je ne vais pas me lancer sur le sujet, chaque chose en son temps. Mais écoutez bien le podcast avec attention, tout ce dont je parle sur mon blog depuis 10 ans se retrouve ici en filigrane ! 0, puis 3, trois ou Troie forme le thème central ! Chaque personnage, chaque situation, chaque mot (…) tout est à sa place et en contexte !  Mais les chiffres ne se révèlent pas facilement et ne sont pas la spécialité de Luc Ferry. Il y vient néanmoins, malgré lui ! Édifiant ! L’analyse des correspondances gématriques et une lecture arithmantique de cette audioconférence  pourrait ébranler le cœur et la tête de toutes nos institutions religieuses ! La remise en question concerne aussi le paganisme et ses limites !

Résolvons une question importante :

La prise au premier degré des métaphores cosmogoniques par le commun des mortels était un des grands dilemmes de Platon dont nous retrouvons les questionnements à ce sujet dans les fragments retrouvés du Critias (discussion organisée entre philosophes et intellectuels). Le livre porte le nom du philosophe le plus rationnel de l’époque ; c’est lui qui ouvre le débat, il n’est pas aussi indulgent que Platon avec l’acédie populaire, avec les croyances et leurs conséquences ! La personnification des dieux, qui sont l’équivalent des anges et des archanges dans le monothéisme, n’avait qu’un but pédagogique, et culturel, parfois politique ! Pédagogique surtout, pour éduquer un minimum les masses croissantes (encore relativement barbares) des civilisations en plein essor ! Et pour faire comprendre que des principes invisibles en interaction font et défont le monde dont nous sommes témoins. DES PRINCIPES !!! Pas des barbus foudres de guerre, pas des extra-terrestres qui viennent nous cloner, pas des hybrides ou des dieux qui tiennent à tout prix à baiser nos femmes en engendrant des héros au passage! Les chrétiens n’ont pas le droit de personnifier Dieu, alors on leur a laissé du mou avec les anges… Cons de macho complexés que nous avons toujours été ! Et ne méritant probablement pas la beauté de certaines fleurs  parmi notre alter ego ! La différence demeure ce présent extraordinaire, mais la bête n’a pas encore démystifié le triangle d’incertitude (3) concernant les 6 chaos ne faisant qu’un. Trois 6, la marque de la bête dit-on… L’Homme bête serait plus approprié aujourd’hui.   

En bref, l’écrasante majorité des foules n’attendait pas qu’on leur explique la vie avec des maths ou de la physique, ces matières intellectuelles, ces substances cogitatives étaient réservées aux élites ou aux génies qui se manifestaient d’eux-mêmes. Le chef, le roi, l’Empereur ne sont pas forcément de ceux-là, loin de là ! Mais 95% de cons travailleurs et 5% de cervelles réellement capables de craquer les codes de la vie et les mensonges des hommes, était un ratio qui arrangeait tout le monde parce qu’il ne contrariait la hiérarchie des intérêts! Autrement dit les vaches n’aiment pas les maths, ne les forçons pas et laissons les rêver avec nos légendes épiques et esthétiques.  Les monothéistes ont souhaité réformer tout cela, pour finir par tomber dans les mêmes pièges, jusqu’à l’obscurantisme.

Ne rigolez pas, rien n’a changé ! Rien mis à part le petit Homme en tenue moulante et cravate que nous sommes devenu, assis sur une bombe technologique sans précédent. La femme ? Dorénavant un Homme comme les autres ! Pourquoi emmenez-vous vos enfants au cinéma voir le seigneur des anneaux, Harry Potter ou les Avengers (…) ? Pour les instruire sur les codes cachés dans ces films et sur ce qui se trame au-dessus de nos têtes blondes depuis des millénaires ? Ou pour une bonne séance cathartique de fin de semaine avant d’aller s’empiffrer au Mac Do ou au resto pour ceux qui ont les moyens ? 95% des gens n’ont pas même conscience qu’une multitude de codes révélateurs se dissimule derrière les « grands films d’époque ». Le ratio est le même, rien a changé si ce n’est en pire vu ce que nous avons imposé à la nature depuis deux siècles !!!

Note je suis trop gentil avec ces adolescents d’américains, les Avengers© & CO ce n’est pas du grand film ! Des codes, de bonnes idées, mais le tout noyé dans du Kitch… A en mourir ! Je ne plaisante pas : à en mourir, vulgairement, de façon déterminée, mais absurde !

De si belles géométries et tant de gâchis… Pour les yeux d’Hélène dit-on, sans savoir de quoi et de qui on parle.

Néanmoins… Cassandre a des comptes à rendre ! Dans l’ombre, certains prient en vain pour qu’elle ne revienne pas d’entre les morts.   

Commenter cet article