Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Persone

GHOST IN THE SHELL - Innocence (suite et fin)

13 Août 2021, 16:31pm

Publié par Persone

Méditation N°4

 

Immanence

Dans sa structure commune et son évolution plurielle, le langage humain relève de ce qu’il révèle : l’ensemble des lois arithmétiques, géométriques, musicales et sémantiques que nous apprenons à connaitre. Chiffres, symboles, signes, lettres et opérateurs (…) ont toutes et tous un socle commun : la logique. Et une relation analogique « an(n)al/logique) » si affinité entre office et orifice, entre point et trait, entre face et profil, entre début et fin… IA = Intelligence de l’anneau (humour ?). En d’autres termes, la déconstruction du langage révèle à la fois l’Histoire et des mécanismes de l’Histoire. La logique fait que rien n’est pas concevable sans tout ou du moins « quelque-chose »... La logique est aussi l’ordre dans le chaos des évènements et objets qui s’incarnent et deviennent... La logique fait l’œuf qui fait la poule qui fait l’œuf... La logique fait l’Homme et le langage, or l’Homme, capable de témoigner des principes qui l’entourent et le constituent, finit par s’emparer du savoir et du pouvoir du verbe en s’imaginant qu’il en ait le but ultime ou l’inventeur.

L’Homme pense à tort être à l'origine de la conscience, il se voit aussi comme l’hérité ultime d'un monde déterminé ou inversement, de l'erreur hasardeuse qui l'a engendré! Il se veut un inventeur exclusif des systèmes de communication, qu'il ne fait pourtant que découvrir peu à peu et fort maladroitement. La génétique du langage concerne autant l’évolution des sciences que celle des croyances, elle raconte sans le dire leur mariage de raison, leur divorce d’intérêt et leurs désastreuses conséquences. Notons qu’il en va de même pour les maths, la physique ou la biologie ou les règles de l’art (…), qui sont autant de formes du langage : l’Homme ne les invente pas, il les découvre avec le temps. Dans son impertinence, il les instrumentalise et se garde les droits exclusifs de ces formules et formulations, qu’il impose à ses semblables.

Le langage révèle à L’Homme ce qu’il est, ce qui l’entoure et le constitue, mais la créature, la bête, demeure relativement libre de son arbitrage et de ses choix, malgré la causalité qui lui fera payer le prix de ses actes. L'Homme est donc "libre" de persister dans l’instrumentalisation de ce dernier bien que l’expérience et la causalité lui ait démontré le catastrophisme déterminé de ses modèles de civilisation. "Libre" de manipuler le langage et les foules auxquelles le pouvoir s’adresse pour fabriquer des armes, des balles et des octets invasifs, au nom de la science ou au nom de Dieu. Un Dieu des armées mortelles, luttant en vain contre l’impitoyable et éternelle innocence du Dieu désarmé. Un Dieu désarmé ??? Un double dont la détermination contrarie l’incertitude de sa majesté, qui aimerait bien savoir pourquoi elle a combattu avant la mort. L’ambiguïté entre « Dieu des armées » et « Dieu désarmé » est une des grandes énigmes politiques qui hantent les textes bibliques.

En bref, la déconstruction du langage est un pont entre la physique et la métaphysique, entre la tradition primordiale « plurielle » et les dernières découvertes en mathématiques ou en astrophysique, entre la politique, les arts, le réductionnisme et la religion… Un pont susceptible d’annuler tous les quiproquos sémantiques et dialectiques qui sont le berceau de nos conflits identitaires et religieux ! Et donc de réparer le centre nerveux du titan économique global qui consume les dernières réserves de notre jardin terrestre et menace d’invoquer de nouveau la violence ultime.

Un pont qui se passe de Dieu pour expliquer l’Homme autant qu’il se passe de l’Homme pour expliquer Dieu. Un lien qui libère l’Homme du poids des illusions et des intérêts raisonnables qui poussent les forces de l’univers à le remettre impitoyablement à sa place.

Ceci étant dit et redit, je souhaite que l’heure soit à cette rencontre salutaire entre le monde de la magie et le ministère des affaires ordinaires.

Arithmantiquement vôtre… Et autre sommation dans l’air(E) du temps.  

Encore un grand merci au précepteur pour son travail!

Commenter cet article