Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Persone

GHOST IN THE SHELL...

11 Août 2021, 15:45pm

Publié par Persone

Inspiration au point 0

 

Je profite de l’1spiration de mon dernier article « Syntax error - Fatal error » pour rappeler la vocation du blog et du groupe discussion qui l'accompagne sur facebook (déconstruire et réparer)…

Et de leur auteur qui comme Ulysse témoigne des avantages et des inconvénients de n’être personne, dans la brume électrique d’une Olympe dernière génération. Voilà qui permet de berner les cyclopes, de préserver l’honnêteté intellectuelle et spirituelle de la notoriété, et surtout d’échapper au formatage et à la vigilance des nouveaux « dieux » de la grande cité humaine. Mais nul n’échappe aux infinis attributs du zéro, nul n’échappe aux propriétés des chiffres et des nombres qu’il ordonne. Nul n’échappe à l’impitoyable amour qui unit la matière et la conscience ! Au-delà du monde ordinaire, l’odyssée que l’Homme doit accomplir l’expose à la colère des dieux et aux nombreuses épreuves qui attendent ceux qui cheminent à contre-courant.  Dans le monde ordinaire cela revient à être frappé de la malédiction de Cassandre. Et devant tant d’inutiles abattoirs vers lesquels cheminent les troupeaux domestiqués, devant le viol et le massacre perpétués de l’innocence, cette malédiction est le pire arrache cœur qui soit.  

Note :

Impitoyable + amour = 0 

Une énigme sémantique qui date des premiers prophètes. Tout comme l’ambiguïté entre ces deux expressions présentent autant dans le nouveau que dans l’ancien testament : « Dieu désarmé » et « Dieu des armées »… Quelques éléments de réponse : impitoyable logique, impitoyable causalité, certes… Mais susceptible matière, intelligente cellule et indicible subtilité de l’être en tant qu’observateur et acteur des évènements. Logique ne va pas sans ordre et chaos, sans unité, dualité et plus si « 1finité » ! Autrement dit, puisqu’à 2 nous avons déjà les notions d’inverses, d’opposé, de double ou de moitié (…), la logique ne va pas sans dimensions, sans forces, sans interactions. Et donc sans susceptibilité, sans langage, sans complexification, sans sensibilité.

D(4)I(9)E(5)U(3) et la logique sont aussi impitoyables que désarmés et incapables d’écrire l’Histoire de l’Homme à sa place !

Un Ferré féru d’équation ajouterait : Désordre = ordre – pouvoir. Ou encore Ordre = désordre + pouvoir… A méditer.

Après un petit interlude vidéo (ci-dessous), je vous propose la première partie d'une suite logique de termes méditatifs...

Méditation N°1 :

 

Je rappelle le fil conducteur de mes deux derniers articles…  

Le langage s’incarne en personne et pas nécessairement en la personne humaine !

Et la vérité, en tant qu’accord universel des langages, fuit les foules humaines comme la peste. C’est le langage de la démagogie qui s’incarne dans la foule, un langage falsifié et dénaturé qui permet à l’Homme devenir quelqu’un et de les gouverner hypocritement la masse sans nom !

Bien qu’il soit peu probable que la magie du langage universel s’incarne en une seule et unique personne, y compris dans une période donnée, l’avalanche « entropique » des évènements en matière de civilisation tend néanmoins vers une décadence prévisible du nombre (ou masse) dont seuls les plus petits (les chiffres en tant qu’unités soustraites du 0) bénéficie de l’infériorité suffisante pour remonter le courant jusqu’à la source des maux. Les guides, les prophètes sont des phénomènes locaux dans le temps et l’espace. Et pour être unique, le Machia ne peut être que symbolique : l’Homme accompli, en tous, unique et pluriel, humain et divin. Bref, les guides ne courent pas les rues, un phénomène normal, une simple question de logique, de physique. Néanmoins, l’important ce n’est pas le ou les messagers, mais le message, si tant est qu’il invite à apprendre et à enseigner l’art d’apprendre et de désapprendre. Un art anti démagogique qui pourrait bien réconcilier l’Homme avec sa double nature et celle qui l’entoure et le constitue.

Il semble donc légitime que l’Eglise chrétienne ait achevé l’universalisation de Joshua en Jésu(i)s Christ et qu’une de ses branches (la chalcédonienne) fut amenée à trancher sur les questions de la trinité et de double nature de la substance !

Tel était le but de la rédaction de nos textes de référence, depuis l’antiquité : consigner la mémoire expérimenter la magie des mathématiques, des chiffres, des nombres, des formes et des lettres, et renseigner sur la détermination du monde et l’observation des cycles. Le fameux pont entre la physique et la métaphysique. Cela concerne particulièrement la Bible, ancien et nouveau testament compris, Bible dont la substance demeure paradoxalement HERMETIQUE.

Explication :

Qu’est-ce que l’hermétisme, au-delà de du corpus alchimique signé Trismegistre ?

Un domaine de connaissance toujours opaque à ce jour, réunissant l’art du langage, les anciens savoirs, la science moderne et ses dernières mises à jour. Un espace de réflexion que se réserve l’élite des ministères de la magie et des affaires ordinaires. Néanmoins la « boîte » résiste encore aux intérêts partagés du chef, de l’ingénieur et de l’autorité religieuse ! Une boîte dont l’ouvrier n’a pas connaissance. L’ouvrier c’est le « modus » lambda qui suit le verbe et les consignes. « L’ouvrier est lui-même hermétique aux subtils domaines de la connaissance… » - dit-on parmi les mages les plus imbus de leur personne. «… et il a lui aussi des intérêts dans l’accord tacite ! » Selon les règles de l’hermétisme, même en lui présentant la boîte sous le nez, il n’en voudrait pas.

Une vision cruelle, certes ! Mais que notre Histoire et notre Actualité confirment. Le monstre de l’ignorance grandit chaque jour un peu plus que la veille. Il convient ici de comprendre que l’irrationalité du nombre est un phénomène naturel, ainsi que la répartition du cœur intelligent de l’humanité en fonction des facteurs génétiques et des forces/contraintes qui s’appliquent à l’Homme. Remarquons néanmoins qu’en se réservant ce domaine de connaissance dit hermétique depuis l’antiquité, nos élite et l’Etat, en tant que responsables de l’éducation des masses, se sont rendu responsables d’un système d’exploitation qui RENFORCE le gap intellectuel entre un petit nombre de décideurs et la masse de plus en plus incontrôlable qu’ils tentent de gouverner. En d’autres termes notre système d’exploitation maintient les écarts vertigineux entre l’épanouissement mental des initiés, des chargés de création et de direction et des ouvriers. Cette hiérarchisation des connaissances, les initiés n’en tirent qu’un profit vénal : contrariée ou non, leur conscience doit se plier aux obligations de résultats de leur entreprise et pousser toujours plus loin la dangereuse manipulation du langage et de la matière. Et ceux d’entre eux qui possèdent un cœur intelligent sont invités à le sacrifier officiellement sur les bancs de l’école, un pacte nécessaire pour que l’Orgueil des nations vous enseigne la ruse et le pouvoir de la raison pure. Dans un tel système, la perversité de notre accord tacite maintient fermement la  répartition du cœur intelligent humain de la façon suivante : une minorité de têtes borgnes s’étant elles-mêmes fichu un doigt dans l’œil gouvernent la masse aveugle d’un corps rompu et soumis, se tirant perpétuellement une balle dans le pied. Or un meilleur rapport entre « l’intelligence » et « la connerie humaine », ainsi qu’un équitable accès à la maîtrise du langage de l’Homme et de la nature, sont les seuls forces capables de compenser les activités conjuguées de la mécanique des foules et de la gouvernance aveugle des entités FATALES (une machine, une bureaucratie, un paradigme temporel quelconque). Libéré du paradigme de la hiérarchisation, la conscience propre de l’individu tend à retrouver son contact avec la nature, son discernement, sa capacité à gérer l’ambiguïté et la responsabilité de ses actes dans un monde déterminé.

L’hermétisme est le moteur de plusieurs phénomènes intimement reliés : la crise perpétuelle du consentement à l’intérieur de l’entité collective, la révolution permanente et les besoins de production qui en découlent… Et par conséquent, la colonisation illégitime des entités dominées par les entités dominantes, les conflits perpétuels entre les entités dominées et la guerre/compétition planétaire entre les entités dominantes. Instrumentaliser l’hermétisme « naturel » du subtil langage de la nature (dont l’apprivoisement se mérite) pour exploiter le nombre, revient à comparer la société à un corps humain en définissant le pouvoir absolu de la tête (l’élite) sur les organes et membres subordonnés que sont les pieds, les mains bonnes à tout et les ventres affamés. Notons que ce paradigme est parallèle à la loi de la domination comme facteur principal de l’évolution… Or cette théorie, dont Darwin est le père bien malgré lui, est fausse. Cela est démontré par la plupart des études contemporaines en matière d’adaptationnisme.  

Démystifier enfin la corruption du verbe nous éviterait le pire ! Et il semble temps de ranger la notion de copyright au placard, de briser ce sortilège présentant la moelle de la connaissance comme une boîte totalement hermétique, dont les serrures ne répondent qu’à une entité exclusive définie par le divin ou par défaut, à une élite influente et gouvernante! Ce même sortilège qui déclare officiellement qu’Excalibur ne peut être arrachée de son socle que par une tripotée d’élus et de champions proclamés, régnant sur la masse électorale. L’art du langage peut et doit être enseigné dès l’école primaire en une matière à part entière, réunissant les mathématiques, l’Histoire et la/les langue/s.

La vulgarisation des secrets du langage a fait couler beaucoup de sang sur l’échiquier de la politique intérieure et extérieure ! Entre les puristes, les exclusifs, les conservateurs, les progressistes… Entre les mages aussi, concernant les conséquences des sortilèges du matérialisme sur le monde des moldus : dès la révolution industrielle, certains initiés prévenaient que la science allait vulgariser le langage de l’univers, non pour le révéler mais pour pousser son instrumentalisation dans le but d’une technologie toute puissante. D’autres, plus opportunistes, ont tenté l’aventure et nous obtenons en effet une planète de singes totalement stupides, armés jusqu’aux dents, liftés, améliorés et en prosternation devant une boîte à coucou !

Vous l’aurez compris, l’hermétisme « naturel » relatif à la subtilité du langage et à la protection du sanctuaire contre le viol, se conjugue avec le caractère fatal de tout système d’exploitation (le paradigme, la bureaucratie, l’IA), avec le penchant naturel de l’Homme pour la décadence (descendre est plus facile que monter), avec le pouvoir de la démagogie (la raison et les intérêts temporels) et avec la nature sans tête ni âme de l’entité collective (la foule, les masses, l’agora…).

L’hermétisme possède de multiples et complexes facettes, toutes sont responsables de notre dérapage en matière de lecture biblique, d’application des sciences, d’enseignement et de développement commun et durable…

Reprenons l’exemple judéo-chrétien :

Et concentrons-nous sur une des failles historiques de cet héritage plurimillénaire en voie de décomposition… Un incident qui a signé l’instant 0 du calendrier romains après christianisation… Une fumisterie sémantique digne de la plus pathétique comédie humaine, une erreur dans le programme, à un prix que nous payons toujours, à crédit :

Au premier degré, dans le langage commun d’un non initié (le bigot lambda), si Jésus est le fils de Dieu et Dieu en personne, c’est que les Juifs ont tué Dieu ! (Notons ici l’intérêt politique de la culpabilité des juifs, au-delà de la lecture primaire du bigot lambda…) Au passage, on oublie qui a ARBITRER le procès et veillé au bon déroulement du calvaire ? Les romains en l’occurrence, donc les futurs chrétiens. Mettez l’Islam dans l’équation et imaginez la civilisation judéo-chrétienne tuer le Père tout en s’en allant dompter et humilier les dragons du levant. Réminiscence psychédélique de la mémoire reptilienne affectant une machine de guerre endimanchée qui s’imagine dépasser impunément le rêve d’un Alexandre. (Humour darwinien.)

La voilà donc la bombe à désamorcer, si tant est que l’on souhaite sauver ce qui peut l’être de notre héritage.

Commenter cet article
M
As tu pratiqué quelques exercices proposés par D.E Harding de la vision sans tête? Je ne sais plus quel est ce mythe...grecque sans doute, qui nous invite à couper une bonne fois pour toute la tête du monstre et non à couper les têtes d'un monstre à 1000 têtes une par une...en tout cas merci pour ce texte, belle écriture ...
Répondre