Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Persone

Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!

14 Novembre 2009, 14:57pm

Publié par Persone

Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!

Des stratégies puniques et sanglantes conquêtes des anciens empires à la très contemporaine et consumériste violence économique, le constat le plus flagrant que puisse nous délivrer l’histoire est que l’homme construit des systèmes démesurés et complexes qu’il ne maîtrise pas !

La métaphysique, la philosophie et plus globalement la science peut nous expliquer ce phénomène de maintes façons, dont je choisirai la plus simple :

Le fait que l’homme de pouvoir s’acharne à contrôler  le climat, l’énergie, la planète et les populations qui y vivent alors qu’il ne maîtrise pas encore la nature de ces choses !

Ironiquement, tous ces hommes que nous qualifions « de pouvoir » ne sont en fait que dans le vouloir ! L’aveu de l’échec chez les économistes de tous bord (une grande première mondiale), les taux de suicide et les facteurs psychologiques des pandémies modernes, mais surtout l’impasse écologique de nos fantasmes de croissance, nous démontrent que l’ensemble des systèmes suivis jusqu’à ce jour ne fonctionne ni pour l’épanouissement de l’intérieur, ni pour celui de l’extérieur !  Mais tant que le train est en marche et que les suiveurs sont occupés et préoccupés, l’illusion des suivis fonctionne !  Notre ignorance est cultivée par un système compétitif chronophage, motivant nos pires complexes d’infériorité et de supériorité et nos mentalités d’esclaves sont soutenues par la consommation et les compensations qu’elle apporte. Croyons-le ou non, mais le revenu universel, comme l’abolition de l’esclavagisme n’a rien d’une idée altruiste !!!  

Aujourd’hui le pouvoir central est remplacé par des oligarchies dont les voies (entendons les chemins d’accès) sont impénétrables pour le commun des mortels et, ironie du sort, ce qu’il reste d’organe étatique pour diriger chacun de nos pays est prié de ne pas intervenir dans les affaires et de laisser s’exprimer la loi du marché. En d’autres termes, les révolutions n’ont fait que démocratiser l’exploitation de l’homme par l’homme.

Une économie en marche est un système vivant, la pauvre, la malheureuse, nous l’avons bridée si longtemps… Libérons-la ! Et vive la liberté !

Depuis les avancées du siècle des Lumières et surtout depuis les deux précédentes guerres mondiales, cette politique porte un emblème : Ordo ab chaos « l’ordre à partir du désordre », un symbole gravé en latin sur la bague des francs-maçons du plus haut degré. Ce principe, simplifié à tort, ressemble à une logique « qui va de soi » bien que douteuse : L’ordre nait du désordre. Un peu court non ? Bien heureusement les philosophes de l’école de Marx et Hegel ont approfondi le sujet, je vous laisse découvrir cette leçon de philosophie par vous-même. En cosmologie et en physique quantique, le principe définit le chaos ordonné qui caractérise l’entropie de notre univers. En schématisant : Le commencement ou un recommencement dans le chaos, une synchronisation naturelle des éléments et des sous-ensembles de l’ensemble, une complexification de tous ces systèmes et enfin le retour du chaos et la dégradation énergétique qui sonne le glas et annonce un recommencement…

Or, comme tout principe universel, sa gouverne n’appartient pas à l’homme, qui a déjà fort à faire pour maîtriser la compréhension de son univers et la subtilité de son libre arbitre !

Néanmoins, voici donc comment certains peuvent en détourner le sens et le mettre à profit…

Recette :

Ne vivez plus l’idéologie, ni la causalité des choses, ni la métaphore, instrumentalisez-les et profitez autant des charniers de la guerre que du retour de la morale ! L’abolition de la monarchie absolue, la réforme du corporatisme,  la centralisation, le libéralisme ou la fin de l’esclavagisme… Des révolutions qui ont fait couler le sang de ceux qui participaient et rempli les poches de ceux qui l’observaient ! Mais il y a mieux, la recette 3.0, la plus contemporaine, la plus décomplexée : 1 - Faites d’Adam Smith un prophète et de « la main invisible » une constante universelle, une expression de Dieu pour utiliser les termes qui fâchent.  2 - Laissez bouillir les eaux troubles de l’organisation du travail et des loisirs, laissez monter la violence en milieu tempéré, et remuez ce bouillon de vainqueurs et de perdants jusqu’à obtenir le nouveau mélange désiré… 3 – N’oubliez pas de préchauffer le four et laissez cuire la préparation tout le temps qu’il faut, résistez surtout à toute tentative d’intervention, quelles que soient les pleurs et les hurlements provoqués par la cuisson ! Evitez aussi de vous encombrer avec la philosophie trop rigoureuse de vos vieux livres de cuisine : Que le corporatisme devienne une oligarchie, la monarchie une tyrannie, la démocratie une démagogie ou l’idéologie un motif à lobbying (…) peu importe ! Au nom de la Sainte dérégulation, le chaos s’installe et le ménage se fait tout seul ! 4 - Au creux de la vague, soyez présent et solennel, incarnez la métaphore en annonçant une nouvelle ère et enfin, rétablissez un semblant d’ordre et de sécurité dans le foutoir que vous avez vous-même créé ! Si vous avez investi au bon moment pour racheter les actions en berne de vos concurrents les plus faibles, vous aurez le monopole sur le prochain gâteau !

Je peux comprendre que certains préfèrent se concentrer sur la problématique des sudoku ou des mots fléchés ! Mais je ne peux m’empêcher de les inviter à sortir la tête du four…

La stratégie des chocs successifs, voilà la nouvelle arme élaborée par les laboratoires sociaux des chantres du capitalisme !!!

Pour autant, n’allons pas croire que les francs maçons sont tous pourris, ni que leurs leaders sont les seuls à jouer de ces machiavéliques pouvoirs… Comme on dit – chaque peuple, chaque groupe, chaque période et chaque endroit possède ses brebis galeuses et ses riches profiteurs !

Les principaux points communs entre ces hommes de pouvoir se partagent en deux classes :

- Les avantages : leur immense fortune, leurs privilèges, leur influence….

- Et les inconvénients : Leur solitude, la prostitution de leur sentiments, la liste noire de leurs manquements envers leurs serments, envers leurs peuples, envers l’équilibre naturel et la dignité humaine.

Les avantages expliquent pourquoi ces rois et roitelets s’affrontent au prix de la terre et de notre sang, mettant en avant de grandes campagnes fondée sur l’antique prétexte de l’insécurité et en arrière les programmes les plus épanouissants en matière de connaissance ! Cette connaissance qui pourtant nous permettrait de comprendre que l’affrontement, qu’il soit militaire ou économique, n’est qu’une question de choix déterminé par l’ignorance du peuple et les intérêts des chefs. Cette connaissance qui démystifierait leur emprise, menaçant ainsi leur fortune et la crédibilité de leur jeu de pouvoir.

Les inconvénients expliquent quant à eux pourquoi ces énarques alimentent toujours d’archaïques motifs de guerre, instrumentalisant les idéologies, les religions, la peur de l’autre et la sécurité, selon des règles strictes et des accords officieux, en n’oubliant pas de verrouiller leurs archives en toute légalité durant un minimum de 50 années (2 générations).

Ces hommes ont un autre point commun, un des plus intéressants puisque la majorité d’entre nous le partage aussi… Peut-être une des clefs du sanctuaire de notre malheur sur terre : La PEUR !

Et bien sûr la peur de perdre ce qu’on a si chèrement acquis ! Comprenez-le bien, la peur (de perdre un pouvoir, des avantages ou notre petit train-train) explique à elle toute seule pourquoi l’orgueil des nations, l’amour propre et le poids du mensonge tiennent le loup à l’écart de la vertu et le mouton à l’écart de la connaissance !

La peur explique pourquoi les maîtres et les esclaves se manipulent les uns les autres. L’hypocrisie explique pourquoi le poids du mensonge augmente, de ce poids dépend la violence de la révolution ! Nous en avons déjà fait les frais. Que peut-il y avoir de pire ? Le progrès !  Et pas n’importe lequel : Celui qui consiste à relancer la machine avec une nouvelle donne, sans avoir résolu le problème de fond ! Celui qui consiste à apaiser les altérités réciproques par le droit de s’exploiter librement les uns les autres ! Comment ? Grâce à l’ineptie d’un suffrage universel prématuré, grâce à l’avènement du libéralisme dans un monde de vautours rentiers et d’arrivistes écorchés fraîchement surgis de la rue, grâce aux lois du libre-échange permettant à un esclave de devenir maître s’il exploite suffisamment ses semblables pour rapporter son quota de bananes !

Comprenons bien ce qui était en jeu : Du poids du mensonge, dépend la violence de la révolution… Je vous laisse estimer cette masse qu’a pu prendre le poids de notre hypocrisie en 200 ans de pacification industrielle intensive !

Nous vivons dans un monde individualiste dit-on ??? Et nous de nous indigner ! Cons que nous sommes ! Pris à notre propre piège !

L’évolution sera partage des connaissances ou ne sera pas. (C’est à croire que Malraux cherchait par son génie à racheter son âme d’escroc !)

Comprenons le bien : S’affranchir de soi-même, accepter de se repentir, écouter, réfléchir avant d’agir, douter, s’informer, échanger, PARTAGER (…) et admettre enfin nos erreurs, notre lâcheté et notre hypocrisie généralisée (!!!) nous permettra d’agir pacifiquement et de redevenir humain, le tout sans révolte et sans impliquer de perdre nos situations. Probablement la seule solution sincère pour améliorer la poubelle que nous avons laissé en héritage à nos enfants.

Apprenons aussi à maîtriser la peur, qui est une maladie, et à affronter le regard de l’autre en toute circonstance : Au-delà des gestes et des paroles qui permettent de masquer les altérités réciproques, au-delà de l’admiration soumise du bon chien envers son maître, au-delà des politesses qui ont fait du loup dangereux un mouton consumériste, au-delà de la flatterie, ou de l’hypnose commerciale qui favorisent la pénétration du mondialisasexe jusqu’au plus profond de notre gorge, avec suffisamment de vaseline pour que nous puissions encore dire merci à la fin !

Apprenons enfin  à nous débarrasser du superflu qui parasitent le principal, à nous sevrer des graisses, des sucres ou des acides qui empoisonnent notre cœur… Redressons-nous pour nous affranchir, nous qui rampons depuis si longtemps !

 

« La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien. » Edmund Burke (1729-1797)

« La liberté commence où l'ignorance finit. » Victor Hugo (1802 1885)

« Rien n'est plus absurde qu'une démocratie fondée sur la culture de la performance et de l'ignorance des masses. » Persone (2009)

Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...

Ordo ab chaos, philosophies et dérives...

Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Commenter cet article
P
<br /> <br /> Salut Christophe !<br /> <br /> <br /> Je n'ai pas encore tout vu mais j'aime bien cet article.<br /> <br /> <br /> @+<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre