Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Persone

Jacques Brel Paroles et chansons

16 Février 2011, 20:15pm

Publié par Persone

 

 

 

Si mon second article consacré à la musique évoquait un message universel et la chanson "qui a quelque chose à dire", comment pourrais-je faire impasse sur le trio Brel, Brassens, Ferré ? Pour cette page, je me suis passionné à vous dénicher quelques chansons, images et paroles de ce grand bonhomme qu’était Jaques Brel !

 

 


Mais avant ces quelques vidéos, et sur le modèle de l’article précédent, je vous ferais part de quelques clichés bien triés sur large éventail qui me semblent à la hauteur de notre vision commune du modernisme, une vision calquée sur la "grandeur" de nos civilisations… « que l’on mesure aisément par la grandeur de nos épluchures »… pour citer l’artiste.

 

Pour la nouvelle génération de « rebelles », partagée entre la « gangstattitude » et la « bling-bling way of life » : Brel, ouech ouech, c’est de la préhistoire !

 

Pour leurs semblables, côté bon chic bon genre, ça fait sérieux de connaître l’artiste, mais : « Brel c’était un grand mec j’avoue, m'enfin bon, c’est pas avec ça qu’on va digérer le red bull et faire valser nos G-Stars ! »

 

Et pour les plus anciens : « Brel, comment l’oublier ? Malheureusement c’est pas avec la vie que je mène que j’ai le temps de ruminer vraiment les histoires qu’il racontait ! »

 

Brel de la préhistoire ?

Si les jeunes loups agitaient moins leurs mains, peut-être utiliseraient-t-ils plus leurs méninges… s'ils remontaient un peu leurs frocs, peut-être avanceraient-ils un peu plus (ou du moins en dehors des sentiers réservés à l’esclave moderne) !

Bref « changez rien les p’tits loups (s'il en reste encore parmi mes lecteurs), mais apprenez que le vrai combat de la vie consiste à mériter sa liberté ! Non pas à la vendre au diable pour une poignée de dollars, une vodka, 3 red bulls et un falzar qui tombe ! les spéculateurs qui nous gouvernent et dessinent ce monde qui vous assomme n’ont aucun intérêt à vous voir marcher comme des hommes !!! Bien au contraire, ces gens là dans leur infinie clémence, ne vous incitent qu’à un moindre effort… celui qui consiste à vous incliner, pour ne pas dire continuer à ramper dans votre fange (avec la populasse contre vous, avec moins de 500 mots dans votre vocabulaire, avec un ipod, un iphone, un pack d’excitant liquide et un G-Star trop large qui fait de la pub pour les grands couturiers qui fabriquent vos calebars en chine) !!!

 

Mais parlons d’autre chose…

 

Brel, « on a plus le temps d’aller au-delà de la nostalgie des bons vieux tubes » ?... Entre ceux qui n’avaient point assez de recul ou d’ouverture d’esprit pour le comprendre et ceux qui aujourd’hui n’ont plus le temps de rien… craignons le futur !

 

 Mais parlons d’autre chose…

 

Brel un chanteur socialo ?...

Une vision facile et réconfortante pour un bon nombre de gauchistes en mal de sensations ! Socialiste sûrement, mais dans le sens humain du terme, épuré des compromis douteux de la classe politique... sur les questions des guerres impérialistes ou du colonialisme par exemple, ou encore sur les questions de l'industrialisation massive, du prolétarisme et de l'émergence du positivisme absurde des nouvelles classes moyennes  ! Proche des anarchistes libérés de toute radicalité ou activisme politique… romantique comme un Chateaubriand libéré de la nostalgie conservatrice… intellectuel sans prétention… conteur plus que chanteur militant… Brel mariait magnifiquement la forme et le fond, c’était un artiste brillant, mais surtout un homme authentique.

Lui qui se moquait si bien des mensonges suffisants et des oeillères de la servitude moderne, qui comprenait si bien que « l’aventure, c’est l’aventure » et qui n’avait de cesse de souligner le caractère fondamentalement nomade de l’homme… comment aurait-il pu être un simple socialiste, dans le sens commun ou politique du terme? Mais voilà qui ne l’empêchait pas de se demander qui avait vraiment assassiné Jaurès, de rendre hommage à ceux qui luttent pour la justice et l’équité, ou de chanter bien fort que les bourgeois ne vieillissent pas mieux que les cochons.

 

Brel un homme anxieux qui avait peur de la mort ?...

Voilà qui arrangerait bien M.toulmonde !

 

Brel un misogyne ?...

Ce dont je suis sûr, c’est qu’il contait des histoires à travers lesquelles beaucoup peuvent se reconnaître ! Et à propos des femmes, ma foi… sont-elles ce qu’elles devraient être ? Ou, comme les hommes, sont-elles devenues ces sous produits humains que nos modèles idéologiques ont conditionnés de génération en génération ?

Brel avouait qu’il n’avait peut-être rien compris à la féminité, il disait qu’il trouvait les hommes cons et qu’il comprenait parfaitement que les femmes soient programmées pour garder le mâle et construire autour de l’œuf, il abordait souvent la douleur des amours déçus ou des cœurs brisés par les beautés courtisanes, il rendait hommage aux élans de fraternité entre les hommes… rien de plus !

Et nous tous, qui sommes fiers de jouir d’une société apparemment émancipée ! Que dire de ces civilisations modernes qui malgré les dangers du consumérisme ne sont pas encore revenues des mythologies patriarcales et des poussées hormonales ? Que dire de ces nouveaux modes de vie fondés sur la politique de la croissance obligatoire et la violence des échanges concurrentiels, sur la révolution anti-âge et les techniques d’accouchement à la chaîne, sur les inégalités croissantes, le crédit et l’endettement programmé des enfants ? Que dire  de ce bétail guidé par le mensonge de la réussite pour tous qui s’épuise  à remplir un tonneau des danaïdes en ravageant les ressources limitées de sa planète ? Que dire de ces milliards de mecs, toutes classes confondues, qui fantasment sur les ébats de Ken, le businessman et de Barbie, la working-girl et qui se masturbent sur l’image d’une femme si libérée, qu’on peut lui mettre une cravate et un falzar, utiliser son QI ou ses nichons pour vendre des bagnoles, ou encore la filmer en train de se noyer dans les sécrétions glandulaires de quelques types charmants vêtus de cuir et métal ! Si vous avez des doutes c’est que vous n’êtes pas un mec, ou que vous faites l’autruche! Renseignez-vous et vous verrez que je suis en dessous de la grande tendance lucrative des supermarchés du sexe… bien en dessous de tout ce que vos gamins peuvent acheter dans le commerce ou trouver sur Internet !!!

 

Alors, Jaques Brel un misogyne ?

 

Mais parlons d’autre chose, ou plutôt écoutons… je vous laisse avec l’artiste :

 

 

 

 

 

 

  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

Commenter cet article

Sylvie 21/03/2011 23:07



Ah vraiment génial, merci du fond du coeur de nous avoir retrouvé toutes ces superbers chansons, comme celle de Richard Antony "je me suis souvent demandé" excellent!!! Elle a bercé mon
adolescence, et comme elle est encore actuelle quand je la redécouvre grâce à toi. Et Brel, bien sûr ... Vivement tes prochaines pages ... nous avons hâte