Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Persone

L'amour, la guerre, les choix, les habitudes... et la malignité des dogmes.

2 Février 2010, 14:44pm

Publié par Persone

La guerre

 

Nous jouons sur l’échiquier de nos sentiments,

comme l’on jouait lorsque l’on était enfant.

Mon cavalier s’avance vers ses funérailles,

mais ta dame n’a d’yeux que pour la bataille.

A l’imparfait, jouait-on sans savoir,

mais à présent, sans plus y croire ;

à sacrifier l’innocence à la raison,

nous devenons plus cruels mais pas moins cons,

Tu protèges ta dame, je n’avançais qu’un pion.

L’homme se rassure de connaître les étoiles,

mais l’enfant qu’il était ne les regarde plus,

car nos règles sont les chaînes ombilicales

d’une nation mère dont le coeur ne bat plus.

L’échiquier si précieux, le temps l’emportera

et quand le vent de notre hiver soufflera,

de ces guerres stériles, ne restera plus rien ;

que le souvenir d’amour, au creux de tes reins

et les battements de ton coeur au creux de ma main.

J’aime la poser sur ton sein, quand je m’endors

Et j’irai chanter l’hymne à l’amour…

A la mort.

 

 

Depuis notre avènement, quelle terre, quel homme, quelle femme, quel autre et quel dieu, n’a-t-on jamais aimé ?

On a vu souvent l’amour déçu se cacher derrière l’indifférence ou la colère, mais on l’a vu surtout, prisonnier derrière un mur, dont le mortier est celui de nos habitudes.
Commenter cet article