Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Persone

le mouvement des N'ouvriers de Pithiviers

19 Novembre 2009, 21:25pm

Publié par Persone

le mouvement des N'ouvriers de Pithiviers

 

Cet article vous rappellera sûrement le style des précédents, mais celui-ci m’ayant permis de relayer le message d’un ami (un des N'ouvriers), je ne peux résister à la tentation de l’ajouter à ce journal philosophique.

Ce texte fait aussi partie de mes publications personnelles, une nouvelle sorte de presse gratuite (sans le foin pour les bœufs) que j’édite régulièrement à mes frais, malgré mon découvert mensuel. Voilà donc une presse gratuite à toute petite échelle, des pages que je distribue selon mes moyens dans les couloirs aériens et souterrains de notre Utopia, entendons-là le vampire assoiffé d’âmes qu’est devenu notre système et la vieille putain carnivore et transgénique qu’est devenue notre grande Cité des arts, des sciences et de l’industrie.

 

 

Un peu d’histoire ancienne :

Le verbe et les paroles des prophètes n’ont-ils pas été interprétés par des fidèles dans le besoin ? Au-delà d’une simple logique, de nombreuses études récentes le prouvent. Une évidence qui ne change rien à nos problèmes, nous dirons-nous ! Mais intéressons-nous aux conséquences de ces interprétations, reprises plus tard par des hommes pragmatiques ayant incorporé ces mensonges à 666 milliards de dollars dans les programmes cachés du système d’exploitation – Politique 1.0 ! Tout un millénaire, et puis un deuxième… Jusqu’à la version 3.0 dont nous profitons tous aujourd’hui. Des mensonges sans noms entre les juifs, les romains et les arabes, un soupçon d’hypocrisie et le sens des affaires… 1, 2, 3 OUBLIETTES ! Comment l’esprit des lumières aurait-il pu passer sa jeunesse autrement que dans la terreur, le sang et l’euphorie, annonciateurs d’une mauvaise adolescence ?!?

 

Un peu d’histoire contemporaine :

Si nos républiques, ou plutôt les écoles qui les dirigent, n’avaient pas fourvoyé l’énergie des Lumières pour éclairer des clapiers, des étables et le labyrinthe enchanté de l’organisation du travail et des loisirs… La vie ne serait pas forcément rose, mais au moins ne vivrions-nous pas dans un monde où l’on envisage de cloner l’humain ou de faire du jogging sur la lune, tandis que les milliards d’ouvriers qui triment pour matérialiser cette vision du progrès, vivent encore dans l’ignorance et la médiocrité, fiers d’un épanouissement mental dont même un homme de l’antiquité ne voudrait pas.

Si nos républiques, ou plutôt les écoles qui les dirigent, n’avaient pas fourvoyé la démocratie pour en faire une démagogie, la vie ne serait pas forcément rose, mais au moins ne vivrions nous pas dans un monde où les élites se rendent en hélicoptère sur leur terrain de golf, tandis que les trois quart de leurs populations vivent dans la misère la plus totale (pays dits émergents) ou dans l’obligation de bouffer des OGM et de la « malbouffe » pour ne pas se faire virer du système bancaire et donc de leur propre vie, sociale dirons-nous (pays riches)…

Nous ne vivrions pas non plus dans un monde où 20% des hommes détiennent 80% des richesses, dans un monde où les braves gens des pays riches préfèrent ne pas savoir que leur super frigo est rempli d’aliments, souvent pêchés ou récoltés par des étrangers qui crèvent de faim !!! Ni dans un monde où, est-ce un hasard, les seuls ennemis proclamés (jurés et surmédiatisés…) du capitalisme sauvage sont de méchants délinquants ou des extrémistes religieux, militaires ou politiques ! A un tel point, que les communismes (le dur ou le mou) nous ont presque vaccinés contre l’idée de lutter pour un monde plus équitable ! A un tel point qu’aujourd’hui, un simple marginal à la tombée de la nuit ou un gamin armé d’un airsoft peut passer pour un fou ou un barbu armé d’une kalachnikov et d’une grenade américaine.

A ce sujet, un phénomène historique (sur lequel on n’attire jamais notre attention !) ouvre l’espace d’un doute : De Lénine à Ben Laden, en passant par Castro, tous les chefs politiques ayant pris et conservé le pouvoir sont des révolutionnaires extrémistes qui ont fait de longs séjours en Europe ou aux USA, avant de concrétiser leur folie. Ah les hommes d'action! Les grands pragmatiques! Aveuglés par l'orgueil.

A propos, si vous manipuliez vous-même une bande d’abrutis et que le progrès de leur travail collectif les amène à se poser quelques questions sur leur condition d’esclaves, de quoi auriez-vous le plus besoin ???

D’un ennemi bien sûr ! Et le pire qui soit de préférence ! Mieux encore, des ennemis monstrueux ou ridicules, tous voués à l’échec à court ou long terme, mais qui brandissent les mêmes vérités que vos esclaves... Idéal pour ternir à jamais les deux couleurs du drapeau de la piraterie ! Dans le spleen de la modernitude le noir, le blanc et puis le rouge ne sont plus que les couleurs des épouvantails à pigeons, nous rappelant le mélange sang dans la boue.  

 

 

Quelques relations avec l’actualité :

Dans ce contexte national ou mondial qu’est le nôtre, chacun se retranche derrière le « tout ça nous dépasse », un magnifique prétexte individuel pour que la collectivité puisse continuer sa petite vie, les naïfs dans le trou de l’autruche et les cyniques dans les coulisses du grand guignol. Autrement dit, chacun reste lâche parce que les automatismes de nos vies de fourmis nous abreuvent d’une craintive mais maligne croyance : la véritable misère ne tombe que sur les autres. Seulement voilà, parfois… la situation dérape !

Lorsqu’elle dérape collectivement (environ une fois tous les 50 ans, en suivant les crises du capitalisme), dans nos sillons coule le sang de la révolution ou de la guerre ! Aujourd’hui, les progrès de la psychanalyse et des techniques d’abrutissement des masses, ainsi que les guerres exotiques entre l’axe du bien et celui du mal semblent les nouveaux thèmes de la relance, du moins ceux qui tentent de distraire notre attention et de motiver notre patriotisme (évitons donc le sujet des sous de la banque et de l’argent virtuel). Pour sécher nos larmes on peut se dire qu’il vaut mieux une bonne mystification qu’une révolution, mais on oublie souvent qu’il est toujours possible d’évoluer sans révolutionner et que nos enfants nous accuseront de les avoir vendus à crédit au règne du néant, sans avoir levé le petit doigt pour la « r »évolution intellectuelle et pacifique qui s’imposait.

 

Quelques réflexions :

Jadis et il y a une quarantaine d'années, dans le sexe et le rock'n roll, nous nous sommes cruellement ou maladroitement battus pour notre liberté, mais M. Toulmonde ne sachant pas vraiment à quoi elle ressemble et ce qu’elle implique, il fut adroit et lucratif de nous satisfaire en la remplaçant par la facilité et le matérialisme débridé. En nous vendant à crédit le droit de tout faire, le système "John Law ©" et ses dérivés plus modernes nous ont conditionnés à devenir des individualistes, endormis sur les lauriers de la démocratie, mais incapables de se supporter les uns les autres. De vulgaires esclaves sociaux à bout de nerf se fliquant les uns les autres… Heureusement qu’il y’a l’écran plat et le IPhone, heureusement qu’il y a la bibine, la cigarette et le sport en salle, heureusement qu’il y a des chiens à caresser, des chats à fouetter et  des gonzesse à baiser, mais aussi des frigidaires et des armoires à cuillères pour celle qui se laissent engrossées… Chers tous, en nous faisant cultiver, brouter ou fumer un tel foin, on nous a lentement fait perdre le sens de la véritable union entre les hommes, au profit du seul lien qui nous enchaîne tous : Les lois et les obligations d’un système complexe de fourmilières endettées qui ne profite qu’à lui-même et à quelques milliardaires, tous actionnaires des écuries politiques qui dirigent les moutons. Laissons donc la folie révolutionnaire dans la niche qui est la sienne mais par-dessus tout, ne nous laissons plus empoisonner l’intestin et ses méninges par cette bande de charognards sans frontière !!!

Bien qu’il soit plus facile de s’agenouiller que de se redresser, puisons les forces qu’il nous reste et trouvons enfin les dénominateurs communs qui nous unissent afin de pouvoir marcher de nouveau comme des hommes.

 

Un fait divers :

le mouvement des N'ouvriers de Pithiviers

C’est l’histoire de trois types que les années et la routine forcée avait séparés, trois mômes de la génération post 70’s qui se sont inscrits à la scoliose sur les bancs d’une même école et qui se redressent aujourd’hui sur trois chemins différents : La musique, l’écriture et la passion de l’élevage et de la culture bio. Hormis la scoliose dont nous sommes tous diplômés, ces trois lurons ont en commun le fait d’avoir navigué sous le pavillon noir de la piraterie, pour finir, après sanction de l’Empire, dans les galères de la marine ouvrière. Un destin on ne peut plus commun, mais qui ne les a pas empêché de nourrir le feu de leur passion ou la force de leur conviction pour un monde plus équitable.

Les évènements sont souvent les carrefours historiques au moment desquels ou en conséquence desquels des vies et des destins peuvent se rencontrer ou se retrouver… En 2009, nos trois comparses avaient inconsciemment rendez-vous à un carrefour. L’un d’eux, ouvrier dans l’usine 3M de Pithiviers avec sa compagne, a vu sa famille emportée par la chasse d’eau du licenciement, un 24 mars, lorsque le patron de l’usine décida de licencier 110 personnes d’un coup ! Peut-être connaissez-vous l’évènement sous une autre forme, plus médiatique : Rappelez-vous, il s’agit là des N’ouvriers, qui ont pris leur patron en otage pour faire entendre leur appel au secours. Voilà donc le message de fumée qui réunit nos trois indiens : Dresse les lapins était en danger, Frappe les tambours et Danse avec les mots pourraient-ils faire quelque chose ? Jadis, l’homme qui dresse les lapins avait monté un groupe de musiciens avec celui qui frappe les peaux de chèvres, ensemble, ils ont donné une voix, une musique et des ailes au mouvement pacifique des N’ouvriers, le propulsant sur les ondes médiatiques avec l’aide du groupe Colocks et d’autres fiers-à-bras. Danse avec les mots ne pouvait pas louper une telle fumée ! Et ce qu’il a rajouté au mouvement, vous êtes en train de le lire. Cette page ne vous apprendra pas la fin de l’histoire, car l’aventure ne fait que commencer, mais vous pouvez nous aider à l’écrire en vous intéressant aux différents messages de nos trois indiens, à la musique de Nicodrum (frappe les tambours) ou au blog de Persone… Des messages et des alertes qui nous concernent tous.

A votre cerveau de trouver les dénominateurs communs entre ces quatre points d’histoire et d’actualité, à votre cœur de ressentir ceux qui unissent les hommes, là où faillissent les lois! A notre volonté individuelle de nous aider à nous redresser tous !

le mouvement des N'ouvriers de Pithiviers

Et enfin, votre rubrique préférée… la pub :

Si vous vous sentez concernés par notre dérive sociale et solidaire du mouvement des N’ouvriers, procurez-vous leur album « les N’ouvriers » à la FNAC ou sur le web !!!

Si vous voulez connaître ou retrouver la vibration du cœur Nyahbinghi, suivez le travail et les projets de Nicodrum : http://www.myspace.com/nicodrum 

Si vous voulez découvrir le décollage d’un groupe de reggae français engagé, procurez-vous le dernier album de Colocks.

Et si, malgré le génie que vous êtes assurément, vous voulez tout de même mourir moins con, procurez-vous la « Lettre à M. Toulmonde » de Persone (demandez à la FNAC, au dieu Google ou aux éditions publibook) ou  envoyer des commentaires ou des messages sur ce blog!!!!!!!!!

PS: "Lettre à M. Toulmonde" est mon premier ouvrage, le contenu de ce blog sera quant à lui édité en version papier à la veille des élections 2017, après 10 ans de chronique philosophique de l'actualité.

Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...
Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...
Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...
Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...
Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...
Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...
Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...
Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...
Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...

Nicodrum: des premières expériences jusqu'à l'artiste...

Commenter cet article