Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Persone

Articles avec #de l'eglise a la franc maconnerie

Du Da Vinci Code ... à la Da Vinci mode.

12 Février 2010, 02:06am

Publié par Persone

Les templiers, les francs-maçons, les complots, la théorie du complot, les OVNIS, les reptiliens, Harry Potter, TF1 et la star academy... Que d'incertitudes pour nous, pauvres pécheurs, n'ayant point fait d'études...

 

Qui ne connaît pas Dan Brown, ce romancier enflammé par l’histoire et l’actualité des jeux de pouvoir entre l’Eglise et les Fraternités, auteur du Da Vinci code, qui a lui-même enflammé les professionnels de la soupe hollywoodienne et leurs millions d’adeptes (en manque d’aventure et friands de sensationnalisme)  ?

Voilà donc un sujet qui vous intéressera sûrement, mais ce ne sont pas les rois soleil, les templiers mages ou les coulisses de la révolution, ni les complots du christianisme ou de « l’antéchristianisme » qu’il m’intéresse de développer dans cet article… et encore moins le côté romancé et fantasmatique des ouvrages de Brown !

Ici, chers lecteurs, intéressons-nous plutôt aux propos tenus par les représentants publics des fraternités, en réponse à l’image véhiculée par toute cette effervescence ésotérico-maçonnique.

Un des propos qui résume le mieux cette réponse est celui de Alain-Noël Dubart (Grand maître de la Grande Loge de France), publié dans la revue historia de janvier 2010 (N°757) :

J'ai ajouté des notes en rouge, après les propos de l’interview qui méritent d’être interrompus et autopsiés… Voilà la véritable utilité de l’écriture, les images du direct quant à elles sont traîtresses, comme toutes celles de la télé en général !

 

Historia : « Le nouveau Dan Brown Le symbole perdu, est d’ores et déjà un succès d’édition. Comprenez-vous cet engouement du public ?

 

A.N.D : « Il me semble que les ouvrages de Dan Brown font plutôt référence à des aspects beaucoup plus porteurs pour l’imaginaire du public, que sont l’appartenance à des sociétés secrètes, à des complots internationaux, la recherche de trésors mystérieusement disparus et, plus globalement, l’acquisition de pouvoirs quasiment magiques au sein de la société. Tout cela est à l’exact opposé de la démarche maçonnique, et il me semble utile de le préciser d’emblée. »

 

M. Dubart semble prendre les devants… le journaliste n’avait pas encore suggéré que la réputation de la franc-maçonnerie soit à l’origine de cet engouement du public pour les coulisses de l’histoire, ses mystères, ses trésors et ses complots. Passons, on peut comprendre que le comportement des médias pousse aux réactions défensives ! En revanche (comme nous ne sommes pas encore assez stupides pour croire que le pouvoir maçonnique peut transformer un "monsieur Toulmonde" en Harry Potter), que veut dire cette affirmation du grand maître ? Que le processus de développement personnel des initiés n’est pas moins banal qu’un cours de Zumba ? Qu’il n’y a point d’ésotérisme dans l’initiation, point de rituels dans la pratique ? Que les architectes de cette grande pyramide, ainsi que leurs successeurs n’y ont caché ni signes, ni codes, ni mystères ? Que les activités maçonniques sont totalement ordinaires et transparentes ? On nous aurait menti à ce point ? :)

 

«... Qu’il y ait engouement des lecteurs paraît évident. Peut-être faut-il y voir la recherche identitaire de ceux qui ont perdu leurs repères, tant religieux que philosophiques, voire politiques dans une société où l’absence de sens grandit tous les jours ; où on ne propose que la réussite matérielle, dans une société où l’appartenance collective est niée au profit de l’individualisme, faisant de l’individu seul, le seul critère »

 

Mais qui nous a rendus si individualistes ? Et cela jusqu’au point où l’individualisme devient une des cages les plus misérables qu’ait connu l’individu ?

Le marché tout puissant et ses actionnaires, qui seraient prêts à nous faire tuer père et mère pour que le business continue ? Ou les troupeaux de vaches totalement conditionnés qui se piétinent dans les abattoirs de la réussite sociale ?  

Tous les hommes d’influence et les illustres personnalités morales qui sont sensés éclairer, guider et représenter le peuple dans ce « meilleur des mondes » ? Ou le cœur de l’homme lui-même qui doit subitement se pervertir tout seul dès l’enfance, par des voies qui nous sont toujours impénétrables ?

Le peuple, pour avoir accepté ce bombardement chimique de récompenses plastifiées afin de compenser son labeur (ou ses horaires d’automate) ? Ou les gouvernements clientélistes et leurs illuminés conseillés, pour avoir savamment orchestré l’offre et la demande depuis plus d’un siècle ? (politiques permettant à des groupements d’intérêt et à de simples individus, carriéristes ou multimilliardaires, de contrôler le monde et de conserver le pouvoir d’incarner un futur à leur image) … A méditer !

La franc-maçonnerie est un puissant organisme international qui se veut discret, c’est un fait ! Mais pourquoi donc se complait-elle dans le jeu médiatique qui consiste justement à souligner ses mystères pour attirer l’attention sur elle ? Et lorsque ses activités plus terre à terre finissent, elles aussi, par attirer les médias, de quoi parle-t-on ?

De ses actions philanthropiques et de ses pensées éclairées qui se dressent contre la maladie vulgaire qui ronge un royaume d’individualistes reproducteurs à l’appétit féroce ? De sa lutte légendaire contre toutes les formes de despotisme, d’esclavagisme et d’inégalité » ?

Ou de ses réseaux financiers, de son lobbyisme et de ses plans de carrière ?

Individualistes dites-vous ?

 

«...à l’opposé d’une société où chaque homme se ressent membre d’une collectivité et d’un destin commun. Tout cela n’a rien de surprenant. »

 

Mais M. Dubart, aujourd’hui encore et plus que jamais, ce sont nos éminences grises et les hauts cercles de pouvoir aux commandes du collectif qui laissent ouvertes les portes du royaume des compensations, de l’égocentrisme et de l’argent ! De tels propos n’ont donc pas de sens… ou s'apparentent à une belle pirouette rhétorique peut-être ! Et puis, c’est bien en poussant l’individu à s’élever au-delà des dogmes admis et de la mentalité de troupeau que la franc-maçonnerie a fait ses armes… non ? Et  le goéland,  Jonathan Livingstone, ça vous dit quelque chose ? Encore un non sens ? Si la franc-maçonnerie s’élevait pour que l’on s’émancipe de nouveau d’un royaume corrompu et consumériste, et qu’elle avait déjà ébauché le croquis d’un destin commun à l’allure plus décente que ce que nous propose la World Compagnie ©, je comprendrais le paradoxe relatif aux propos de M. Dubart! Mais  ce n’est pas le cas, à moins bien sûr que la confrérie ne s’apprête à sauver le monde en secret ! Donc, de tels non sens emballés dans de si jolis mots…  voilà qui effectivement ressemble fort à de la  rhétorique ! Inconsciente j’espère, sinon… hypocrite et cruelle !

 

« ... Là encore, la démarche maçonnique ne vise d’aucune manière à acquérir des pouvoirs supra normaux, par quelque façon que ce soit, mais bien au contraire à faire en sorte que chaque franc-maçon, au sein de la loge, devienne un membre utile et conscient de la société. »

 

Soit la franc-maçonnerie n’est vraiment plus qu’un réseau affairiste et carriériste, soit les frères gardent vraiment secret leur conscience et leur utilité dans ce bas monde !

 

Historia : « Ce livre risque-t-il de provoquer de nouvelles demandes d’adhésion à la franc-maçonnerie ? »

 

Que les gens sont bêtes ! Des fraternités secrètes et des complots.. mais quelle idée! Et ces braves maçons, qui ne sont qu’un humble et terre à terre think-thank international au service des droits de l’homme! Voilà qu'ils vont être obligés de clouer sur leur porte "les loges ne dispensent pas de cours de magie!"... Mais où va-t-on ?

 

A.N.D : « Il est à craindre malheureusement que ce soit des demandes mal fondées, à partir d’une vision probablement déformée de la franc- maçonnerie. L’objectivité m’impose cependant de dire que, n’ayant pas encore lu cet ouvrage, il est difficile de répondre objectivement et sereinement à cette question.

 

Historia : « Allez vous lire ce nouvel ouvrage ? »

 

A.N.D : « Peut-être. J’avais lu le premier qui était un très bon roman policier, un peu fantasmatique, et les aventures du professeur Langdon ne m’avaient pas laissé indifférent, bien que complètement en dehors de la problématique maçonnique. »

 

Soyons enfin clairs sur la question ésotérique !

Le sage dit : « peut importe comment les cultures interprètent la magie, le fait est qu’elle fonctionne. »

Le politicien observe : « Peu importe si la magie fonctionne, le fait est que je comptabilise ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas. »

Redéfinissons le terme : si la magie consiste à engendrer des phénomènes incroyables que la logique peut réfuter, elle n’existe pas ou n’est que supercherie. Mais si elle consiste à engendrer des phénomènes finalement explicables, bien que défiant toutes nos lois sensibles et raisonnables, dans ce cas elle est parfaitement réelle.

Et au fond, même un scientifique dirait : « Y'a t-il plus puissante magie que celle de la nature ?!! »

Et que dire de ce don qu’elle a donné au binôme que forment notre corps et notre esprit ?... La faculté d’incarner notre vision du monde !

Depuis longtemps, les hommes de pouvoir et d’influence fréquentent des moines, des shamans, des gourous… Mais, depuis une vingtaine d’années la plupart des cadres supérieurs et autres big-boss des secteurs les plus sensibles pratiquent le sport, le yoga, la méditation, les rituels, l’auto psychanalyse et surtout l’art de la projection mentale, du self-control et de la persuasion. … dans la branche commerciale, on organise même des conférences avec des illusionnistes !

Depuis longtemps des moines bouddhistes ont conscience que leurs enseignements sont aussi au service des hommes de pouvoir, au Tibet, lorsque la chine est venue reprendre et souiller la région, les moines ont commencé à s’immoler.

Et aujourd’hui, même les milliers d’ouvrages charognards ciblés sur le New Age ou sur le développement personnel dans les challenges de la vie moderne et du travail, utilisent cette vieille « magie ancestrale » de la discipline de l’esprit et du corps, et de la nourriture de l’âme ! (A propos de nourriture… prédateur, charognard, ou végétarien ?)

Et pourtant…L’âme !?!? ça nous fait peur à nous, besogneuses petites fourmis culpabilisées par les 35 heures, par le manque de temps à consacrer à nos enfants et coincées entre les crédits du frigidaire et de l’armoire à cueillère !

Alors M. Dubart, les hommes de pouvoir et d’influence n’usent d’aucune magie ? Ou peinent-ils simplement à avouer qu’ils l’ont utilisée hypocritement et à mauvais escient ?

Il faut dire que le journaliste ne torture pas son interlocuteur !!!  Ah, le double jeu des médias !

Un bon pornographe pourtant sait bien à quel point il est déconseillé de laisser "retomber" le client ! Comment voulez-vous stimuler de nouveau la Gaule, avec de tels ébats publics entre la presse et les hommes de pouvoir ?

J’ai conscience que la rhétorique est très efficace pour mener les vaches et les moutons, mais quand la majorité des troupeaux commence à bailler aux corneilles, tout ça n’a plus de sens !

 

« J’avais lu un ouvrage plus récent, développant un complot de la secte des Illuminatis et, là, j’avais trouvé que nous étions sortis des limites du roman policier pour entrer dans le cadre du roman fantasmatique : alors en ce qui concerne ce nouveau titre, il est probable que je le lise simplement en diagonale. »

 

Il est vraiment regrettable qu’une poignée de romanciers et de réalisateurs en vogue s’affairent à présenter les coulisses de notre Histoire et de nos politiques en les distillant dans l'alambique pervers de la caricature et du sensationnalisme !!! La plupart du temps, leurs œuvres ouvrent le champ de la rhétorique aux hommes de pouvoir qui nous dirigent et elles provoquent, soit une facination, soit  une allergie à la notion de complot au sein du troupeau de vaches que nous sommes! Vaches qui ne croient plus en rien ou ne jurent  plus que par les résultats du match entre la gauche et la droite! Vaches qui confondent encore les paradigmes (les grandes vérités des vainqueurs) avec les principes universels ! Pourtant le fait est que depuis l’Antiquité, les adeptes du pouvoir et de la géostratégie politique ont fourvoyé les notions d’unité, d'échange et de transparence par l'impérialisme et le collectivisme, par la manipulation des croyances, et par les complots en tous genres!

Nous avons tous tendance à oublier que l'orgueil flanquée de sa "bande de péchés" (nos défauts) se ralient depuis l'aube des civilisations au despotisme de l'amour propre, une faiblesse quant à elle relative à la vie soumise au collectivisme! Nous oublions aussi que ces mécanismes encore trop inconscients mettent nos talents au turbin pour incarner un monde sordide!

Le fait que l'on perpétue ce monde sordide depuis 6000 insignifiantes années avec fatalisme et sous le pretexte que l'homme est mauvais et la nature mal fichue, ça c'est un paradigme, ce qu'on appelle une vérité de vainqueur!

Le fait que le soleil brille sur la planète depuis 4,5 milliards d'années et que les êtres vivants les plus complexes soient libres d'aimer, de posséder, d'incarner, de détruire, ou encore de se soumettre les uns aux autres (...) ou de faire des erreurs, ça, ça peut se rapprocher d'un principe universel!

Que dire, donc, de cette exploitation moderne de l’individu au nom d'un collectif qui nous pousse à l'individualisme ?!? Du libéralisme, du communisme, du socialisme, de l'élitisme (...) avec des tonnes d'oseille... Miam, quelle soussoupe! Les chinois l'adorent dit-on ??? Pas plus que nous dans le fond!

Bref, on nage ici en plein paradoxe, honte à nous tous de représenter les performants cadres et ouvriers de ce futur... un futur à la hauteur de cet amour que nous portons à nos enfants je présume!

 

Pour ceux qui auraient besoin d’une explication sur la responsabilité de ceux qui nous guident et nous gouvernent en matière de dérive individualiste:

 

Notre Révolution chérie (qui ne l’oublions pas a commencé par la terreur !) s'est très vite endormie sur les lauriers de la laïcité et du suffrage universel, suffrage qui a tout aussi rapidement motivé le clientélisme! Le résultat: une vraie débauche industrielle, la dérive des partis politiques vers le lobbyisme et un électorat dupé par la rhétorique, dont les petits bulletins ne servent au final qu'à nourrir des intérêts parfaitement individuels.  Et nos beaux parleurs, les illustres illuminés de la république moderne? Ils ont apparemment planifié un système libéral qui légifère l’exercice de la spéculation financière, rempli les poches des hommes de pouvoir et  favorise les phénomènes d'égocentrisme, de surproduction et de monopole (…), au détriment de l’homme, de la nature et de leur épanouissement. A titre indicatif, l’histoire de l’industrie et le système financier basé sur l'argent virtuel ne datent pas d’aujourd’hui : de la fin du XVII ème jusqu’à la fameuse révolution à la française, les spéculations relatives au marché européen et colonial faisaient déjà éclater des bulles financières et à cette époque, un certain John Law s'affairait à sauver la France des désastreuses dépenses de Louis XIV en établissant un système financier basé sur, l’investissement, l’actionnariat et le système boursier (voir l’histoire de la compagnie perpetuelle des indes); un echec!

 

N’en déplaise à M. Dubart, l'histoire ne justifie pas ces propos ! Malheureusement, le commun des mortels n’a guère le temps de s’interroger sur les dénominateurs communs de l’Histoire et de l’Actualité et ce n’est pas avec des projets de loi visant à supprimer l’Histoire dans les sections scientifiques et économiques (merci M. Sarkozy), ni avec le contenu débilitant des programmes TV et de la presse commune, que les choses vont s’arranger !

 

En oubliant pas que les ministères de l’Intérieur et de l’Education Nationale forment toujours un des bastions de la maçonnerie spéculative, gardons en tête le fait qu’elle a exercé un fort pouvoir politique jusqu’à la seconde guerre mondiale, qu’elle s’est aujourd’hui ramifiée en réseaux d’intérêts plus carriéristes que philanthropiques, et que la  plupart des loges se sont autoproclamées spiritualistes, bien que le recrutement  soit toujours axé sur la coptation entre elites et sur la recherche  de jeunes poulains prometteurs et dévoués (…)

 

Reprenons ainsi le discours de M. Dubart :

 

« Peut-être faut-il y voir la recherche identitaire de ceux qui ont perdu leurs repères, tant religieux que philosophiques, voire politiques dans une société où l’absence de sens grandit tous les jours ; où on ne propose que la réussite matérielle, dans une société où l’appartenance collective est niée… »

 

Comme quoi… le meilleur exercice de rhétorique ne consiste pas seulement à noyer les propos, mais à les retourner à votre avantage !!! Un art dans lequel  les élites sont passées maîtres, toutes obédiences politiques, religieuses ou fraternelles confondues !!!

 

Si la franc-maçonnerie représentait cet esprit de collectif luttant contre une société à la dérive, pourquoi ne s’est-elle jamais illustrée à prendre le mal de notre temps par la racine : informer le public des causes et des conséquences des jeux de pouvoir et de l’ignorance des masses ouvrières, entre hier et aujourd’hui ? Assurément les maçons s’enorgueillissent des actions de leurs illustres prédécesseurs (des droits de l’homme jusqu’à la résistance et la contraception), mais les jeunes initiés qui assistent en loge à un foisonnement de discours philosophiques et d’ateliers philanthropiques, s’aperçoivent-ils qu’à partir d’un certain grade de la hiérarchie, nos institutions se sont toutes vendues à un système de profit destructeur, tout en motivant les jolis discours qui vont avec et en commercialisant glorieusement les pansements appropriés.

 

A titre indicatif: Ne serait-ce que pour relever le niveau des programmes publics après les feux de l'amour et la star académy, a t-on déjà vu un homme d’influence, maçon ou non,  ouvrir un débat public durable sur les énormités suivantes :

 

- Tous les détails précédemment cités sur le commerce des facteurs d’individualisme et de dérive matérialiste.

-  le fait que nos élites justifient leur délire financier et leur plan de mondialisation par la réponse nécessaire à cette crise que l’on n’attendait pas… alors que le capitalisme connaît une crise majeure tous les 50 ans depuis plus de deux siècles… Keynes (l'économiste) et Marx doivent s'en retourner dans leurs tombes !

- l’Histoire cruciale des relations entre l’Eglise et les adeptes de GADLU le grand architecte, qui après avoir digéré la révolution et le procès du singe, ont fini par s’entendre autour de compromis politiques en se gardant l’un de trahir les secrets et les mensonges de l’autre.

- Le fait qu'à l'époque de la grande exposition coloniale (1931) ,on exposait à paris (Vincennes) le Zoo humain et qu'à cette même période la franc-maçonnerie était à l'apogée de son pouvoir politique en France!!! C'était il n'y a pas si longtemps, si vous avez la trentaine, à cet époque, vos grands parents étaient des mômes!

- finissons la liste par la question de l'impérialisme et de la géostratégie relative à la colonisation (commencée par la grâce de Dieu, mais achevée et rentabilisée sous l’apogée des fraternités maçonniques et diverses). Par le glissement du réseau d’influence des fraternités du centre du pouvoir vers les secteurs économiques et financiers! Par l’endettement des pouvoirs publics et donc des états, qui se soumettent aujourd’hui à leurs créanciers (les hommes d’argent, les lobbys et les banques)! Par les conséquences dramatiques des barrières de génération favorisées par notre système! Par le danger de l’élitisme, des dogmes et de l’ésotérisme! Par le bilan d’un monde "éclairé" par un occident en échec, qui loin de faire son mea culpa, a motivé le reste de la planète à le concurrencer dans sa course destructrice ou à lui faire la guerre (le business des armes ça rapporte gros, alors que demande le peuple !)… etc, etc, etc…

 

J'insiste encore, si la franc-maçonnerie n’était qu’un insignifiant et discret réseau, voire réellement secret, et incapable de publier ne serait-ce qu’une petite feuille de choux publique pour faire valoir son engagement pour un monde plus équitable, j’excuserais volontiers M. Dubart pour ses propos !

Mais, chers lecteurs, dois-je vous faire un cours sur l’influence des fraternités maçonniques en France et dans le monde ???

Quelques détails tout de même… en vrac : La révolution française, l’indépendance américaine, la laïcité! «L’humanisation» de la colonisation par l’éducation des races inférieures (dixit Jules Ferry) et par le futur lobbying! Le bouleversement mental, mais surtout matériel des « Lumières »! L’influence politique directe jusqu’à la grande crise des années trente! L’initiation de Abd El Kader et les propositions faites à Lénine dans des loges parisiennes et étasuniennes! Les bastions maçonniques au sein des ministères régaliens, de l’éducation, de la police, de la poste, des énergies, des banques mutualistes, et des entreprises fonctionnant avec le secteur public (où l’influence maçonnique concerne aussi bien le patronat que le syndicat)…

Ah, j’ai aussi dans mon sac une phrase énoncée par Mr. Raffarin en 2004 quand la fraternité voulait qu’un de ses poulains (François Roussely) soit reconduit à la présidence d’EDF, laissant à Alain Bauer (GO) et Henry Proglio la tâche de harceler Matignon au téléphone ! J.P Raffarin avait alors déclaré : « jamais je n’aurais pensé que les francs-maçons étaient aussi puissants. » 

 

En définitive chers lecteurs, lorsqu’un franc-maçon de la haute, un Saint-Homme, un politicard ou un philosophe milliardaire nous donne du « rejoignez-nous, pas pour du fantastique mais pour retrouver les valeurs que vous avez perdues », ne nous laissons plus duper, impressionner devrais-je dire!

 

Je le redis encore haut et fort, n’ayons plus le regard vide et ignorant de ces poules, pas rassurées, qui contemplent le couteau qui les égorgera un jour !

Cela fonctionne aussi pour les moutons et la tondeuse !

Et si vous faites partie de ces animaux qui ont les faveurs du fermier : ne remuez plus la queue comme un chien! Ou, pour les plus fiers, cessez de vous prendre pour ces chevaux de course, qui triment fièrement comme des bœufs, mais qui seront toujours plus cons qu’un âne !!!

 

Pas pour une foutue révolution sanglante bien sûr, mais pour une nécessaire prise de conscience et une maîtrise de l'esprit!

Pour remplacer la spéculation et la manipulation par l’échange de connaissances, pour avoir l’intelligence de dire non, de l’assumer et de vous préparer à l’autonomie nécessaire aux changements qui s’annoncent… Nous ne sommes pas leurs machines, nous sommes des hommes, nous sommes des animaux, nous sommes la Nature.

 

PS : Je remercie A.N. Dubart, mais aussi tous les porte-paroles des fraternités maçonniques pour leurs réactions publiques face à l’Actualité, car sans ces brillantes tentatives de rhétorique, je n’aurais pas eu la volonté de rédiger cet article. Aussi, je félicite la rédaction du magazine Historia pour avoir choisi un interview avec la bonne personne!!! L'article aurait été plus fiévreux avec M. Stifani de la GLNF!!!

 

Voir aussi mon article suivant : « bouddhisme or not bouddhisme » ! Et un précédent : « les fantasmes de la race indo-européenne, les dérives des fraternités secrètes, le nazisme et le petit Adolf Hitler ».

Voir les commentaires

Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!

14 Novembre 2009, 14:57pm

Publié par Persone

Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!
Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!

Des stratégies puniques et sanglantes conquêtes des anciens empires à la très contemporaine et consumériste violence économique, le constat le plus flagrant que puisse nous délivrer l’histoire est que l’homme construit des systèmes démesurés et complexes qu’il ne maîtrise pas !

La métaphysique, la philosophie et plus globalement la science peut nous expliquer ce phénomène de maintes façons, dont je choisirai la plus simple :

Le fait que l’homme de pouvoir s’acharne à contrôler  le climat, l’énergie, la planète et les populations qui y vivent alors qu’il ne maîtrise pas encore la nature de ces choses !

Ironiquement, tous ces hommes que nous qualifions « de pouvoir » ne sont en fait que dans le vouloir ! L’aveu de l’échec chez les économistes de tous bord (une grande première mondiale), les taux de suicide et les facteurs psychologiques des pandémies modernes, mais surtout l’impasse écologique de nos fantasmes de croissance, nous démontrent que l’ensemble des systèmes suivis jusqu’à ce jour ne fonctionne ni pour l’épanouissement de l’intérieur, ni pour celui de l’extérieur !  Mais tant que le train est en marche et que les suiveurs sont occupés et préoccupés, l’illusion des suivis fonctionne !  Notre ignorance est cultivée par un système compétitif chronophage, motivant nos pires complexes d’infériorité et de supériorité et nos mentalités d’esclaves sont soutenues par la consommation et les compensations qu’elle apporte. Croyons-le ou non, mais le revenu universel, comme l’abolition de l’esclavagisme n’a rien d’une idée altruiste !!!  

Aujourd’hui le pouvoir central est remplacé par des oligarchies dont les voies (entendons les chemins d’accès) sont impénétrables pour le commun des mortels et, ironie du sort, ce qu’il reste d’organe étatique pour diriger chacun de nos pays est prié de ne pas intervenir dans les affaires et de laisser s’exprimer la loi du marché. En d’autres termes, les révolutions n’ont fait que démocratiser l’exploitation de l’homme par l’homme.

Une économie en marche est un système vivant, la pauvre, la malheureuse, nous l’avons bridée si longtemps… Libérons-la ! Et vive la liberté !

Depuis les avancées du siècle des Lumières et surtout depuis les deux précédentes guerres mondiales, cette politique porte un emblème : Ordo ab chaos « l’ordre à partir du désordre », un symbole gravé en latin sur la bague des francs-maçons du plus haut degré. Ce principe, simplifié à tort, ressemble à une logique « qui va de soi » bien que douteuse : L’ordre nait du désordre. Un peu court non ? Bien heureusement les philosophes de l’école de Marx et Hegel ont approfondi le sujet, je vous laisse découvrir cette leçon de philosophie par vous-même. En cosmologie et en physique quantique, le principe définit le chaos ordonné qui caractérise l’entropie de notre univers. En schématisant : Le commencement ou un recommencement dans le chaos, une synchronisation naturelle des éléments et des sous-ensembles de l’ensemble, une complexification de tous ces systèmes et enfin le retour du chaos et la dégradation énergétique qui sonne le glas et annonce un recommencement…

Or, comme tout principe universel, sa gouverne n’appartient pas à l’homme, qui a déjà fort à faire pour maîtriser la compréhension de son univers et la subtilité de son libre arbitre !

Néanmoins, voici donc comment certains peuvent en détourner le sens et le mettre à profit…

Recette :

Ne vivez plus l’idéologie, ni la causalité des choses, ni la métaphore, instrumentalisez-les et profitez autant des charniers de la guerre que du retour de la morale ! L’abolition de la monarchie absolue, la réforme du corporatisme,  la centralisation, le libéralisme ou la fin de l’esclavagisme… Des révolutions qui ont fait couler le sang de ceux qui participaient et rempli les poches de ceux qui l’observaient ! Mais il y a mieux, la recette 3.0, la plus contemporaine, la plus décomplexée : 1 - Faites d’Adam Smith un prophète et de « la main invisible » une constante universelle, une expression de Dieu pour utiliser les termes qui fâchent.  2 - Laissez bouillir les eaux troubles de l’organisation du travail et des loisirs, laissez monter la violence en milieu tempéré, et remuez ce bouillon de vainqueurs et de perdants jusqu’à obtenir le nouveau mélange désiré… 3 – N’oubliez pas de préchauffer le four et laissez cuire la préparation tout le temps qu’il faut, résistez surtout à toute tentative d’intervention, quelles que soient les pleurs et les hurlements provoqués par la cuisson ! Evitez aussi de vous encombrer avec la philosophie trop rigoureuse de vos vieux livres de cuisine : Que le corporatisme devienne une oligarchie, la monarchie une tyrannie, la démocratie une démagogie ou l’idéologie un motif à lobbying (…) peu importe ! Au nom de la Sainte dérégulation, le chaos s’installe et le ménage se fait tout seul ! 4 - Au creux de la vague, soyez présent et solennel, incarnez la métaphore en annonçant une nouvelle ère et enfin, rétablissez un semblant d’ordre et de sécurité dans le foutoir que vous avez vous-même créé ! Si vous avez investi au bon moment pour racheter les actions en berne de vos concurrents les plus faibles, vous aurez le monopole sur le prochain gâteau !

Je peux comprendre que certains préfèrent se concentrer sur la problématique des sudoku ou des mots fléchés ! Mais je ne peux m’empêcher de les inviter à sortir la tête du four…

La stratégie des chocs successifs, voilà la nouvelle arme élaborée par les laboratoires sociaux des chantres du capitalisme !!!

Pour autant, n’allons pas croire que les francs maçons sont tous pourris, ni que leurs leaders sont les seuls à jouer de ces machiavéliques pouvoirs… Comme on dit – chaque peuple, chaque groupe, chaque période et chaque endroit possède ses brebis galeuses et ses riches profiteurs !

Les principaux points communs entre ces hommes de pouvoir se partagent en deux classes :

- Les avantages : leur immense fortune, leurs privilèges, leur influence….

- Et les inconvénients : Leur solitude, la prostitution de leur sentiments, la liste noire de leurs manquements envers leurs serments, envers leurs peuples, envers l’équilibre naturel et la dignité humaine.

Les avantages expliquent pourquoi ces rois et roitelets s’affrontent au prix de la terre et de notre sang, mettant en avant de grandes campagnes fondée sur l’antique prétexte de l’insécurité et en arrière les programmes les plus épanouissants en matière de connaissance ! Cette connaissance qui pourtant nous permettrait de comprendre que l’affrontement, qu’il soit militaire ou économique, n’est qu’une question de choix déterminé par l’ignorance du peuple et les intérêts des chefs. Cette connaissance qui démystifierait leur emprise, menaçant ainsi leur fortune et la crédibilité de leur jeu de pouvoir.

Les inconvénients expliquent quant à eux pourquoi ces énarques alimentent toujours d’archaïques motifs de guerre, instrumentalisant les idéologies, les religions, la peur de l’autre et la sécurité, selon des règles strictes et des accords officieux, en n’oubliant pas de verrouiller leurs archives en toute légalité durant un minimum de 50 années (2 générations).

Ces hommes ont un autre point commun, un des plus intéressants puisque la majorité d’entre nous le partage aussi… Peut-être une des clefs du sanctuaire de notre malheur sur terre : La PEUR !

Et bien sûr la peur de perdre ce qu’on a si chèrement acquis ! Comprenez-le bien, la peur (de perdre un pouvoir, des avantages ou notre petit train-train) explique à elle toute seule pourquoi l’orgueil des nations, l’amour propre et le poids du mensonge tiennent le loup à l’écart de la vertu et le mouton à l’écart de la connaissance !

La peur explique pourquoi les maîtres et les esclaves se manipulent les uns les autres. L’hypocrisie explique pourquoi le poids du mensonge augmente, de ce poids dépend la violence de la révolution ! Nous en avons déjà fait les frais. Que peut-il y avoir de pire ? Le progrès !  Et pas n’importe lequel : Celui qui consiste à relancer la machine avec une nouvelle donne, sans avoir résolu le problème de fond ! Celui qui consiste à apaiser les altérités réciproques par le droit de s’exploiter librement les uns les autres ! Comment ? Grâce à l’ineptie d’un suffrage universel prématuré, grâce à l’avènement du libéralisme dans un monde de vautours rentiers et d’arrivistes écorchés fraîchement surgis de la rue, grâce aux lois du libre-échange permettant à un esclave de devenir maître s’il exploite suffisamment ses semblables pour rapporter son quota de bananes !

Comprenons bien ce qui était en jeu : Du poids du mensonge, dépend la violence de la révolution… Je vous laisse estimer cette masse qu’a pu prendre le poids de notre hypocrisie en 200 ans de pacification industrielle intensive !

Nous vivons dans un monde individualiste dit-on ??? Et nous de nous indigner ! Cons que nous sommes ! Pris à notre propre piège !

L’évolution sera partage des connaissances ou ne sera pas. (C’est à croire que Malraux cherchait par son génie à racheter son âme d’escroc !)

Comprenons le bien : S’affranchir de soi-même, accepter de se repentir, écouter, réfléchir avant d’agir, douter, s’informer, échanger, PARTAGER (…) et admettre enfin nos erreurs, notre lâcheté et notre hypocrisie généralisée (!!!) nous permettra d’agir pacifiquement et de redevenir humain, le tout sans révolte et sans impliquer de perdre nos situations. Probablement la seule solution sincère pour améliorer la poubelle que nous avons laissé en héritage à nos enfants.

Apprenons aussi à maîtriser la peur, qui est une maladie, et à affronter le regard de l’autre en toute circonstance : Au-delà des gestes et des paroles qui permettent de masquer les altérités réciproques, au-delà de l’admiration soumise du bon chien envers son maître, au-delà des politesses qui ont fait du loup dangereux un mouton consumériste, au-delà de la flatterie, ou de l’hypnose commerciale qui favorisent la pénétration du mondialisasexe jusqu’au plus profond de notre gorge, avec suffisamment de vaseline pour que nous puissions encore dire merci à la fin !

Apprenons enfin  à nous débarrasser du superflu qui parasitent le principal, à nous sevrer des graisses, des sucres ou des acides qui empoisonnent notre cœur… Redressons-nous pour nous affranchir, nous qui rampons depuis si longtemps !

 

« La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien. » Edmund Burke (1729-1797)

« La liberté commence où l'ignorance finit. » Victor Hugo (1802 1885)

« Rien n'est plus absurde qu'une démocratie fondée sur la culture de la performance et de l'ignorance des masses. » Persone (2009)

Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...
Ordo ab chaos, philosophies et dérives...

Ordo ab chaos, philosophies et dérives...

Des Eglises, des Franc maconneries, des partis, des clubs de milliardaires...et nous!

Voir les commentaires