Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Persone

LA DICTATURE DU POSITIVISME

23 Octobre 2015, 12:42pm

Publié par Persone

NUL N'EST PLUS ESCLAVE QU UN FIER CRETIN QUI SE CROIT LIBRE!

NUL N'EST PLUS ESCLAVE QU UN FIER CRETIN QUI SE CROIT LIBRE!

La dictature du positivisme, l'impérialisme progressiste, l'hypocrisie contagieuse de la bonne conscience, l'emprise religieuse de la bien-pensance, au fond c'est quoi?

... Et l'autre, sauvé par la politesse du premier, de lui répondre - Mais c'est très bien! T'es très actif! Et puis tu dois bien gagner, ça compense! Dis-moi donc!???"je n'ai plus le temps de m'occuper de mes mômes, de ma mère en train de crever à l'hospice, de ma prostate et de mon putain de couple, s'il existe encore"Au quotidien, c'est deux vieux potes qui partageaient des rêves et qui se perdent lentement, ne partageant plus qu'apéros et ripailles autour de la comparaison de leurs fantasmes, de leurs compensations morbides. L'un dit à l'autre - les jours passent comme des secondes, ça turbine, à peine le temps pour vivre - poliment, juste pour éviter de lui répéter encore

Ah quelle belle époque!

Comme beaucoup de chercheurs ayant tenté, ces dernières décennies, d’opposer leur plume à cet intervalle de l’absurde dominé par un progressisme agonisant et plus furieux que jamais, Robert Redekker souligne « le progressisme est la religion du positivisme ! » dans une fin de millénaire durant laquelle le paradigme – progrès a supplanté « la transcendance – Dieu… ». En occident, les Lumières et Descartes en sont l’archétype !

Mais quel est le point commun de ces deux paradigmes semblant si différents, point commun expliquant peut être ce nouvel échec de l’homme, cette commune conviction de ne pas être ressorti moins esclave, plus heureux, et plus riche de nos expériences pourtant les plus éclairées?

Les fondements même de l’idée phare des Lumières étaient-ils vraiment plus positifs que l’obscurantisme et les dérives sectaires engendrées par la religion ? Citons sans hésitation la grande illumination : « La nature est cruelle et l’homme est un loup pour l’homme, heureusement le progrès et les échanges seront un gage de paix et nous rendront meilleurs » ! Au nom du profit, disait-on, tout puissant, me permettrais-je d’ajouter ! La seule chose positive que l’on puisse voir ici, c’est la supposition ou plutôt le fantasme des lendemains qui chantent ! Pour le reste, les immaculés philosophes de ce nouveau délire « raisonnable » ne font que reprendre un dogme parfaitement religieux : La nature est (remplacez mauvaise par cruelle) et l’homme un (remplacer pécheur par loup) qui a besoin d’une (remplacez rédemption par catharsis quelconque) et d’une (remplacez tutelle par appât du gain) pour le guider (le guider et le dépouiller au passage, pourrais-je dire sans blasphème) ! Nous sommes si mauvais, qu’il faut nous protéger les uns des autres avec un Dieu ou de l’argent, bref en utilisant nos peurs, notre ignorance ou notre cupidité ? Avec Dieu, on n’a trouvé que la guerre, essayons donc l’argent et les compensations matérielles! Comme disait Coluche, les deux paquets sont différents, mais la lessive reste la même… une vraie poudre aux yeux ! La réincarnation de ce qui avait jadis emporté les cités des hommes à leur perte, avec le progrès et l'atome en plus!

C’est positif ça ?

Aucunement vous en conviendrez ! Mais si ça ne l’est pas, alors quoi, c’est réaliste ?

Non ! Juste une nouvelle excuse, un foin plus gras pour les bœufs de l'époque et surtout le fruit d’un esprit perturbé par la sophistication, un esprit malade accroché à son orgueil, un esprit qui a quitté son ciel et sa terre natale depuis trop longtemps, déjà trop longtemps ! Dire que l’homme est mauvais (loup, requin, vautour… c’est méchant ça ?) c’est aussi stupide que de dire qu’il est bon (agneau, lapin, petit chat… c’est gentil ça ?) ! A moins bien sûr que Hobbes ait entendu par loup, une créature ne représentant ni le bien ni le mal, mais un simple animal libre, respectueux de son environnement, capable de chasser et de se protéger en meute ? L’auteur du Léviathan, loin d’être un âne et dénonçant très clairement les monstres que deviennent les états et les empires, aurait pu clarifier ses propos et nous épargner 200 ans de culpabilité, en tant qu’individu ! Mais apparemment ce n’est pas le cas, et l’image de l’ignoble loup qui mérite toutes les muselières possibles et imaginables pour se protéger de lui-même est celle qui a été retenue ! Quant à la nature dans sa globalité, la pauvre, elle a bon dos depuis quelques millénaires de connerie humaine ! Fort heureusement, quelques milliers pour nous ce n’est rien, absolument rien pour elle, juste un soupir ! Douloureux tout de même, je présume.

 

 

Mais pour en revenir aux hommes, aux guerres et à la notion du Mal :

Le choc des civilisations… Une vieille croyance, un amas de neurone toujours actif dans un des tiroirs de notre armoire à mémoire. Un programme d’interprétation et de traitement des informations qui fut utile en son temps ; aujourd’hui obsolète nous persistons à ne pas le mettre à jour, avec tous les dangers que cela représente !

Un exemple romain, en trois point lui aussi : Le triumvirat de César, Crassus et Pompée (la grandeur, l’argent et la force militaire de trois hommes contre une oligarchie sénatoriale incapable de nourrir autant de bouches romaines au km² avec la paix et la bonne parole conservatrice… tout un programme !). De « grands, glorieux et majestueux » empires, donc, autour du bassin méditerranéen… Clientélisme, concentration démographique et impérialisme, jusqu’au match à mort des équipes qualifiées en final ! Les guerres puniques, un premier acte, un premier âge, de ce que l’on pourrait nommer le grand complexe des terres du milieu.  Ce que veulent les nobles, ce que veut le peuple et ce que la république ou le royaume était habilité à faire pour y pourvoir.Tout ce que je vois dans la plausibilité du choc des civilisations, ce sont nos illustres ancêtres, qui allaient envahir leurs voisins pour abaisser la fièvre et le cancer démographique de leurs grandes cités! Un pouvoir en trois points:

Il avait déjà bon dos le choc des civilisations!

ce que désir les riches, ce qu’il faut pour nourrir les pauvres et ce que la monarchie et Dieu peuvent faire pour y pourvoir ! Des miséreux, des ignorants, soumis au courroux de Dieu, qui envoient leur fils à la guerre pour départager les rivalités seigneuriales, pour l’honneur et la stabilité de la couronne, pour les conflits religieux. Et toujours les trois point, Le pouvoir de l’unique ! La grande révolution du monothéisme ! Et quelques siècles plus tard: Et après l’antiquité?

Et encore après ? Des ouvriers qui ont obtenu le droit de vote et la liberté d’aller se carboniser dans des mines à charbon pour donner la soupe à la famille. Des ouvriers qui se font socialistes, communistes, anarchistes et souvent nationalistes devant la dérive impérialiste du libre-échange et de ses actionnaires! L'escalade et le grand retour des massacres!

Et après, encore après ? La classe moyenne, la basse et le clochard, compressés ensemble aux heures de pointe, comme du bétail dans les couloirs d’un abattoir. Des loups, dit-on, entassés quotidiennement comme des poulets, à se renifler le cul et les aisselles durant des heures, parfois jusqu’à l’évanouissement, deux fois par jour, pendant 50 ans (Sauf suicide)!!! Je tiens aussi à ce qu'on pense aux innombrables représentants du bas de l’échelle, qui se brûlent la peau ou les poumons avec leurs outils de travail, qui se bousillent les os et les tympans au marteau piqueur, qui nettoient nos chiottes publiques et les immondices que chacun laisse à l’intérieur, qui chaque jour font disparaitre les milliards de tonnes de reste alimentaire et de détritus que laissent les grands seigneurs de ce monde à chacune de leur manifestation… Des loups, eux aussi? Qui bossent dans la merde 10 heures par jour, payés au lance pierre pour espérer nourrir correctement leurs enfants avec les meilleurs OGM qu'on puisse rêver ? Des loups dit-on ? Quelle honte ! Des moutons au pire, des ignorants toujours, ironiquement des poulets, à bout de forces, à bout de tout, qu’on n’en finit plus de plumer ! Ou est-il ce choc des civilisations et des cultures ? Ou sont-ils ces loups féroces qui justifient que chacun consacre ses forces et sa vie à l'effort économique nécessaire pour se défendre les uns des autres?

De simples hommes, jaunes, blancs, noirs ou basané dont les facultés d’abnégation et la volonté de rapprochement culturel ont largement fait leurs preuves dans l’enfer industriel des cinq dernières décennies !

Point de loups donc, juste des hommes.

Pacifiés ? Certes non et même toujours divisés par l’orgueil et le clientélisme  de leurs éminences grises !!! Mais avant tout des esclaves sociaux, vidés, défaits, dissociés, parfois à bout de nerf ou au comble de l’apathie, dans le règne du néant le plus total ! Et toujours les trois points…

Ce que désire les dieux de l’argent, ce que demande les autres pour compenser et ce que le nouvel ordre mondial est prêt à sacrifier pour y pourvoir !

Fin de la démonstration.

Désolé pour la réputation de ceux qui s’arrachent l’exclusivité du message de Dieu le Père, le seul et l’unique ! Désolé aussi pour le mythe du loup, pour celui du choc des civilisations et pour le glorieux héritage des Lumières! Toutes mes excuses pour ces inspirations paradigmatiques si chères à nos cœurs…

Dont personne ne devrait être fier !

Dont toute les bonnes consciences d’hier et d’aujourd’hui devraient enfin avoir honte!

Dont nous devrions nous moquer comme un chien de sa première laisse, lorsqu’il retrouve la liberté ! J’ai bien dit la liberté, pas la laisse à rallonge ! Décidemment vous êtes bornés, totalement magnétisés par les "mono pôles"!

 

 

La religion n’a plus le vent en poupe, et les frasques des intégristes de tous poils n’ont pas arrangé les choses ! Mais les millions de types qui ont sacrifié une vie d’homme pour étudier, chercher, méditer, interpréter, comparer (…), depuis plus de 2000 ans, sans avoir le droit d’exprimer ce qu’ils auraient pu trouver au-delà limites admises, on en fait quoi ? Tous ces hommes qui ont probablement partagé leur savoir avec des auteurs de littérature apocryphe ou qui ont simplement laissé des codes dans leurs ouvrages ! Et croyons-nous que les croyants sont des idiots qui ne pratiquent pas les sciences ? Toutes ces recherches, cette intelligence, pour nous païens laïc et prolétaires, ce ne sont que des foutaises ? Comme quoi, le dénie, le déterminisme et l’orgueil des grands vainqueurs de l’histoire finissent toujours par les mener vers l’obscurantisme ! Le repentir… Pour le commun des mortels, c’est du vocable religieux, ça n’a plus la cote ! Dommage, nous en aurions tous besoin, et plus que jamais !

La dictature du positivisme ?

Voici donc mon épilogue : Entre les requins gominés de la grande fête du slip et la réaction des grenouilles de bénitier, il y a un monde qui pue, qui suffoque et qui se meure !

 

 

Commenter cet article